Francs-Tireurs / Zola > Une rue Suzanne-Masson


Samedi 12 mars, la rue de la Gare est devenue rue Suzanne-Masson. Inaugurée par Gilles Poux, maire, et Corinne Cadays, adjointe au maire, cette nouvelle rue rend honneur à cette femme, dessinatrice industrielle chez Rateau, syndicaliste et résistante active arrêtée le 5 février 1942, emprisonnée à la Petite Roquette, puis transférée en Allemagne nazie. Comme une autre jeune communiste, Simone Schloss, comme Émilienne Mopty et France Bloch-Serazin, comme le sera Olga Bancic, membre du «groupe Manouchian», Suzanne Masson est décapitée à la hache le 1er novembre 1943, à Hambourg. Le premier hommage rendu à la dessinatrice après la Libération viendra d’une cellule communiste de l’usine Rateau qui prendra son nom.

Éric Bacher