Ecoutez le texte

REGARDS Le journal de La Courneuve l N°502
du jeudi 4 au mercredi 17 octobre 2018

ARRÊT SUR IMAGES

À MON AVIS

L'ÉVÉNEMENT DE LA QUINZAINE

EN BREF

DOSSIER

L'ACTUALITÉ

SPORT • CULTURE • LOISIRS

À VOTRE SERVICE

AGENDA

UN CERTAIN REGARD

ARRÊT SUR IMAGES Haut de page

L’Office municipal du sport fait son festival

Samedi 22 septembre, l’OMS a organisé une journée de découverte des pratiques sportives. Tir à l’arc, karaté, gymnastique… les visiteurs ont pu essayer plusieurs disciplines. En matinée, les participants se sont rencontrés lors de défis sportifs, et voici l’équipe gagnante !

24 km

C’est la distance parcourue entre Pantin et le parc départemental Georges-Valbon par les participants de la randonnée pédestre organisée dans le cadre des JOP 2024. à l’arrivée au parc, de nombreuses animations étaient proposées.

Opération coup de propre pour l’avenue Michelet

Jeudi 27 septembre, les agents de la municipalité et de Plaine Commune ont effectué une grande lessive avenue Michelet. Durant le nettoyage, la société Magellan Services a recensé les nids de rongeurs en vue d’une dératisation prochaine. Le 3 octobre, c’était au tour du parking Anatole-France d’être nettoyé.

La Sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence ouvre ses portes

Mercredi 26 septembre, le Service d’accueil d’urgence et d’orientation (SAUO) de La Courneuve a organisé un après-midi portes ouvertes. Pour l’occasion, jeunes et éducateurs ont échangé les rôles, afin de comprendre et de prendre conscience des questions qui peuvent paraître anodines.

À MON AVIS Haut de page

Des Tremplins constructifs !

" Voilà un mois que je viens vous rencontrer avec les élues et élus, et les services de la Ville, à l’occasion des Tremplins Citoyens. Devant les écoles, au pied des immeubles, au marché ou dans des rues plus isolées, nous sortons chaises et tables pour prendre le temps de discuter. à l’aide d’un questionnaire, nous vous demandons quelles sont vos priorités pour la ville*. À ce jour, vous êtes mille personnes à y avoir répondu !

Avec ces Tremplins itinérants, c’est un véritable bouillonnement de citoyenneté que nous vivons, fait de témoignages, de questionnements, de propositions, d’humanité tout simplement. Dans un monde si dur, parfois si froid avec ses logiques économiques libérales qui pénalisent tant de familles, c’est la fraternité, le renouveau qui a été au cœur de tous ces moments. J’ai perçu une vraie envie de participer, d’apporter sa contribution à la ville, d’agir aussi face aux injustices.

Parfois, on dit que « les jeunes ne s’intéressent pas ». Eh bien, là ils sont au rendez-vous ! En une heure, plus de cent lycéens de Jacques-Brel se sont arrêtés pour remplir le questionnaire, et nous avons débattu pendant plus de deux heures avec le Conseil local de la jeunesse dans le square Guy-Môquet.
« C’est la fraternité, le renouveau qui a été au cœur de tous ces moments. J’ai perçu une vraie envie de participer, d’apporter sa contribution à la ville, d’agir aussi face aux injustices. »

Oui, en un mois, des milliers de paroles, de demandes, d’idées, de renseignements, de conseils se sont croisés. Ils nous disent la richesse de notre Ville-Monde, même si la dureté des vies est omniprésente… J’ai beaucoup appris de ces moments et je vous en remercie.

Les questionnaires seront bientôt analysés afin de déterminer les enjeux prioritaires : éducation, cadre de vie, culture, sport, propreté, sécurité, aménagement urbain, logement… Ces résultats nous permettront d’orienter au mieux nos politiques publiques. Nous annoncerons rapidement les mesures prises. Les prochains comités de voisinage de novembre seront une première occasion de poursuivre ensemble ce bel élan.

Parce que la culture était souvent présente lors de nos échanges, je vous invite ce samedi 6 octobre à participer au lancement de la saison culturelle, avec de la musique, du cirque, des spectacles…  "

* Ce questionnaire est encore disponible en ligne, vous pouvez le remplir à l’adresse http://notreavis.ville-la-courneuve.fr

L'ÉVÉNEMENT DE LA QUINZAINE Haut de page

Conseil communal des enfants
« On a des idées et on peut agir »

Les membres du Conseil communal des enfants, âgés de 10 et 12 ans, se sont réunis à la mairie pour une réunion plénière en compagnie des élus. L’occasion de faire le bilan de leur première année de mandat.

Qui a dit que les jeunes Courneuviennes et Courneuviens se désintéressaient de la vie citoyenne ? Quinze minutes avant le début de la réunion plénière du Conseil communal des enfants (CCE), le mercredi 19 septembre, dans la grande salle de la mairie, Sirine, Océane, Ilham et Elya sont déjà prêtes, installées avec leur carnet de note. « C’est une réunion très importante aujourd’hui car on va revenir sur notre première année de travail tous ensemble », explique Sirine, 10 ans, élève en CM2 à Anatole-France. L’année dernière, à la même période, les membres de ce conseil étaient élus par leurs camarades de classe pour les représenter durant deux ans : quatre élus (deux garçons et deux filles) parmi les CM1 et CM2 pour chacune des écoles élémentaires. Tout au long de l’année, les enfants se sont réunis chaque mercredi pour échanger sur des thématiques qui leur tiennent à cœur. Parmi ces sujets, certains renvoient à leur quotidien, comme la propreté à l’école ou les relations avec les parents. Mais une grande part du débat est consacrée aux problématiques de société, tels la guerre, le racisme ou le développement durable. « Au départ, je pensais que le Conseil communal des enfants, c’était un truc d’intellos, je ne me sentais pas à la hauteur. Je me suis présentée aux élections sans y croire et j’ai finalement été élue grâce à mon idée de potager dans la cour. Je ne le regrette pas. J’ai rencontré des gens de mon âge avec qui je n’ai pas honte de parler de sujets sérieux », raconte Ilham, 10 ans, en CM2 à l’école Anatole-France.
« En tant qu’enfant, on n’est pas uniquement témoin, on peut aussi agir ! Comme les adultes, on a des idées pour réduire les injustices ou prendre soin de l’environnement. Il nous faut juste un peu plus d’aide pour mettre en place nos propositions », soutient Océane, 11 ans, qui vient de rentrer en 6e au collège Georges-Politzer. Ce coup de pouce, c’est en partie leur animateur Olivier épron qui le donne en organisant des rencontres. « On part de ce dont les enfants ont envie de parler. À partir de leurs retours, on crée un planning mensuel de sorties pour mettre le débat en perspective. » Pour l’année 2017-2018, autant dire que le programme était chargé ! Entre la visite du mémorial de la Shoah à Drancy, la rencontre avec les Francas à Saint-Denis, la création d’un spectacle de théâtre ou encore la visite d’installations géothermiques à
La Courneuve, les enfants n’ont pas eu le temps de s’ennuyer !
« Le moment qui m’a le plus marqué, c’est le spectacle, parce qu’on a pu parler des relations parents-enfants. J’ai aussi beaucoup aimé étudier la biodiversité au parc Georges-Valbon et découvrir le chantier du Grand Paris, raconte Dayssam, qui est cette année en 6e au collège Georges-Politzer. Il ne faut pas s’étonner que les gens disent du mal de La Courneuve si on n’en prend pas soin. Ici, on veut en donner une bonne image, en faire un endroit où les gens sont heureux d’habiter. »

De belles perspectives
À la fin de la séance, les élus ont félicité les enfants et les ont encouragés à poursuivre leur engagement pour l’année à venir. Une chose est sûre, les jeunes ont bien l’intention de continuer sur cette lancée.
« Je vais venir à toutes les réunions même si je suis rentrée au collège et que j’ai moins de temps. C’est très motivant de faire partie d’un conseil, je me sens plus responsable et j’ai l’impression d’être utile », confie Océane. Voilà qui promet de belles perspectives pour 2019 !

• Célia Houdremont

Le blog du Conseil communal des enfants : cce-lacourneuve.conseildejeunes.fr

Candidatures jusqu’au 12 octobre
Conseil communal des ados : engagez-vous !

Trente filles et garçons de 5e et de 4e vont débattre des sujets qui concernent tous les adolescents de la ville et proposer leurs idées.

Vous avez entre 12 et 16 ans et souhaitez donner votre avis ? Sautez le pas et rejoignez le Conseil communal des ados, un engagement pris lors des Tremplins 2016, qui se réalise cette année. Quand on est adolescent, il est parfois difficile de trouver sa place en tant que citoyen. À la frontière entre l’enfance et l’âge adulte, on peine à se sentir légitime pour parler de sujets sérieux. Pourtant, votre avis compte !
C’est pourquoi la Ville met en place une instance d’échanges et de réflexion destinée aux collégiens. En rejoignant le Conseil communal des ados (CCA), vous pourrez échanger entre vous sur les thématiques de votre choix, et développer des projets concrets. Problèmes de quotidienneté, gestion des conflits dans les immeubles, activités extrascolaires, racisme ou solidarité entre élèves…, vous avez la parole ! N’attendez pas car les candidatures sont à déposer (dans les urnes installées dans les collèges et les espaces Jeunesse) jusqu’au 12 octobre.

Un exemple de délibération
Comment aider les enfants en difficulté ?

Lors d’une réunion tenue au printemps dernier, le Conseil communal des enfants a travaillé sur le thème de l’aide aux enfants en difficulté. Ils ont d’abord essayé de soulever les différents obstacles auxquels ils sont confrontés.
La responsable du Dispositif de réussite éducative de La Courneuve, Laurence Blin, leur a présenté les dispositifs déjà existants pour venir en aide à ces enfants.
Après discussion, le Conseil a formulé trois propositions : favoriser le travail en groupe restreint et encourager l’entraide ; planifier des temps de travail en autonomie pour ceux qui n’ont pas de problème ; proposer plus d’activités éducatives aux classes qui accueillent des enfants
en difficulté, notamment des non-francophones.
Ces propositions ont été transmises au comité qui a préparé le projet éducatif territorial.

En bref Haut de page

Centre administratif fermé

Le pôle administratif Mécano sera fermé au public le mercredi 17 octobre toute la journée, pour cause de séminaire des agents.

Seniors
La Semaine bleue

Du 8 au 14 octobre, la Semaine nationale des retraités et des personnes âgées est l’occasion d’animations qui permettent de créer des liens entre générations. La Maison Marcel-Paul propose plusieurs rendez-vous, notamment les lundi 8, mardi 9 et vendredi 12 octobre : des matins numériques animés par les élèves du lycée Jacques-Brel. Des visites de jardins sont également au programme ainsi que plusieurs projections de films et une conférence, le vendredi 12 octobre à 11 heures, sur la prévention des risques liés au numérique.

Portes ouvertes
École de la deuxième chance

L’école de la deuxième chance de Seine-Saint-Denis accompagne chaque année 600 jeunes sans diplôme vers l’emploi ou la qualification dans le cadre d’un parcours individualisé, rémunéré, en alternance, avec une pédagogie différente des schémas scolaires classiques. Le site de La Courneuve accueille le public, le vendredi 13 octobre, de 9h à 16h30. L’occasion de visiter les locaux, d’échanger avec les différents acteurs des E2C et se préinscrire. E2C93, 6, mail de Fontenay. Tél. : 01 48 35 42 30

Balade aux lanternes

L’association d’Aubervilliers Les Poussières organise, le 20 octobre à 19h30, une grande déambulation aux lanternes, qui partira du marché du Montfort, rue Hélène-Cochennec, près de La Courneuve. Des ateliers de fabrication de lanternes, ouverts librement à tous, sont organisés tous les jours entre 15 heures et 19 heures dans le théâtre de l’association.

Les Poussières, 6, rue des Noyers à Aubervilliers. Tél. : 01 43 52 10 98.

Dossier Haut de page

L’avenir est sur les rails

 

Les samedi 6 et dimanche 7 octobre, le public est invité à découvrir la future gare des Six-Routes. L’occasion de prendre la mesure des impressionnants travaux qui démarrent, d’échanger avec les concepteurs de cet équipement, de saisir comment la connexion de La Courneuve au réseau du Grand Paris Express va influer sur le devenir du quartier et de la ville.

Une accélération du temps et une réduction de l’espace : le Grand Paris Express, ce futur réseau de métro automatique dont les travaux ont débuté en 2015, va rapprocher les points cardinaux de l’agglomération parisienne et réduire le temps de nombreux déplacements. Il va relier, au fur et à mesure de sa réalisation entre 2020 et 2030, 72 gares (dont 68 spécialement construites) grâce à un maillage de 200 km de voies souterraines. Le Grand Paris Express va desservir La Courneuve, où une nouvelle gare va être implantée, aux Six-Routes. Celle-ci sera sur le trajet de deux nouvelles lignes de métro, qui partageront un tronc commun entre Saint-Denis – Pleyel et Le Bourget.

La Défense à 17 minutes
La ligne 16 reliera Saint-Denis à Clichy-Montfermeil à partir de 2024, et parviendra jusqu’à Noisy-Champ à partir de 2030. La ligne 17 entrera en fonction par tronçons : le premier reliera Saint-Denis – Pleyel au Bourget à partir de 2024, un deuxième tronçon ouvrira en 2027 jusqu’au Triangle de Gonesse, puis un tronçon sera mis en service en 2030 jusqu’au Mesnil-Amelot, desservant l’aéroport Charles-de-Gaulle. Ces nouvelles lignes permettront de relier la gare des Six-Routes, par exemple, à La Défense en 17 minutes (au lieu de 36 minutes aujourd’hui) ou au terminal 2 de l’aéroport Charles-de-Gaulle en 18 minutes. En 3 minutes, les Courneuviens pourront rallier la future gare de Saint-Denis – Pleyel, un « nœud » qui sera extrêmement pratique pour de nombreux voyageurs : il permettra de prendre la ligne 15 vers l’ouest de Paris (La Défense, Nanterre, pont de Sèvres…) ou vers l’est (Bobigny, Rosny, Champigny…), ou encore de traverser tout Paris avec la ligne 14 (porte de Clichy, gare Saint-Lazare, Châtelet, Villejuif, aéroport d’Orly…).

Un lieu de vie
La Société du Grand Paris, qui est chargée de la conception et de la réalisation de ce réseau, évoque un métro de nouvelle génération, fiable, rapide et fréquent. Elle annonce une vitesse moyenne des déplacements comprise entre 55 et 65 km/h (plus rapide que les RER actuels et au moins deux fois plus rapide que le métro parisien). Il est prévu un intervalle de 3 minutes entre chaque passage de train (1 minute 30 seulement entre La Courneuve et Saint-Denis – Pleyel). La gare des Six-Routes ne sera pas un simple accès au métro : elle est envisagée comme un lieu de vie à part entière : « Ce ne sera pas une boîte noire enterrée et invisible, mais un morceau de la ville avec des commerces et des services », expliquent les architectes Pascale Dalix et Frédéric Charlier. Les quais seront à 20 mètres de profondeur mais le hall de surface prendra la forme d’un vaste espace traversant de briques et de verre, conçu comme une halle ou un marché. Les architectes ont imaginé une façade et une toiture végétalisées et arborées, comme une porte d’entrée au parc Georges-Valbon situé à 300 mètres.

Un quartier transformé
C’est un nouvel aménagement urbain de tout le quartier qui va s’articuler autour cette nouvelle gare. Un immeuble de 55 mètres de haut et abritant 125 logements sera construit au-dessus de cet équipement. Une vaste esplanade permettra la connexion avec les stations de tramway et de bus. Réduisant l’emprise des axes routiers, elle favorisera les transports doux (marche – la gare du RER B sera à 10 minutes à pied –, vélo, trottinette…). « Cet ensemble lancera un signal pour l’évolution du quartier et de la ville, précisait le maire Gilles Poux lors d’une réunion publique de présentation du projet au mois de juillet dernier. On espère notamment que cette dynamique va débloquer la réhabilitation de la tour Entrepose », cet ancien immeuble de bureaux laissé à l’abandon par ses propriétaires privés depuis une dizaine d’années. « Nous nous sommes battus collectivement et nous avons obtenu, en 2013, que ce réseau de transports desserve les lieux de vie des habitants quand le projet initial se focalisait sur le monde des affaires », a rappelé lors de cette même réunion Zaïnaba Saïd Anzum, adjointe au maire chargée des transports et des déplacements urbains. « Avec cette gare, La Courneuve prend pleinement place dans la métropole, concluait le maire. C’est une belle opportunité d’améliorer les conditions de vie des habitants, d’ouvrir des perspectives de formation et d’emploi. De surmonter une situation de relégation et d’avoir de l’ambition pour notre territoire. »

Les 6 et 7 octobre
Découvrez la future gare des Six-Routes

KM4 : c’est le nom de l’événement organisé les samedi 6 et dimanche 7 octobre pour fêter le lancement des travaux de réalisation de la ligne 16 du Grand Paris Express. Sur une Base Express située juste en face du chantier proprement dit, vous pourrez assister à des performances artistiques, des concerts, participer à des ateliers pédagogiques, découvrir les maquettes des futures gares de la ligne 16 et rencontrer les architectes qui les ont conçues. Samedi 6 octobre, de 14h à 18h : dévoilement des maquettes des gares, goûter de chantier et animations culinaires locales, concert de Marcela & Los Murchales (musique tzigane), installations artistiques de Malachi Farrell (qui chorégraphie des machines et des objets articulés), de Monte Laster et son association FACE (un artiste américain qui vit et travaille à la cité des 4 000), de Cyril Hernandez et sa compagnie La Truc. Vous pourrez ensuite vous rendre à la Nuit blanche de La Courneuve, place de la Fraternité, à trois pas (lire page 15).
Dimanche 7 octobre de 14h à 18h : après-midi dédié aux familles et aux échanges sur le projet ; ateliers pédagogiques, jeux, conférence des architectes de la gare (agence ChartierDalix) à 14h30.

KM4 à la Base Express, carrefour des Six-Routes (avenue Roger-Salengro). Gratuit et ouvert
à tous. Programmation complète : www.societedugrandparis.fr

Késako?

Les parois moulées
Six ans : c’est le temps nécessaire pour la construction de la gare des Six-Routes, qui doit ouvrir en 2024. C’est un défi technique, un vrai challenge de la construire dans ce délai.
Les quais vont se trouver à 20 mètres sous terre, sous la nappe phréatique. Il faut donc concevoir une enveloppe étanche, selon la technique dite des parois moulées. Des tranchées étroites sont creusées à la benne mécanique, dans lesquelles sont disposées des cages d’armatures en métal, jointes de manière étanche. Du béton est coulé à l’intérieur de ces cages pour réaliser des parois en panneaux successifs.
Une fois toutes ces parois délimitant le contour de la gare installées (fin 2018), le volume intérieur de la gare sera creusé à ciel ouvert. Une plateforme en béton sera disposée au niveau au sol, permettant à l’un des tunneliers creusant la voie de la ligne 16 de traverser la gare (jusqu’à six tunneliers de 100 mètres de long chacun vont travailler simultanément, à un certain moment, sur cette ligne 16).
C’est ensuite (à partir du printemps 2021) que la gare souterraine sera aménagée, équipée, la voie posée, et que l’on construira le bâtiment de surface.

L'actualité Haut de page

Tremplins Citoyens
Si j’étais maire…

Samedi 29 septembre, le minibus des Tremplins Citoyens s’est arrêté square Guy-Môquet, aux Quatre-Routes pour une rencontre sur la thématique jeunesse. Le Conseil local de la jeunesse (CLJ) a échangé avec les élus via un jeu de rôles : les jeunes ont pris la place du maire.

« Moi, si j’étais maire, je développerais les disciplines sportives en direction des personnes porteuses de handicaps », annonce Arkadine. « Moi, si j’étais maire, je communiquerais davantage avec les jeunes scolarisés pour les informer des partenariats existants avec certaines universités », lance Sarah. « Moi, si j’étais jeune, je voudrais poser la question de la gratuité dans les transports », explique à son tour Gilles Poux. De manière très interactive, jeunes (venus nombreux pour l’occasion !) et élus ont échangé, donné leurs idées pour améliorer la situation de la jeunesse courneuvienne. Éducation, sport, santé, culture, aménagement ont été évoqués avec sérieux. De belles idées sont ressorties des échanges : baisser le prix des licences dans les clubs de sport, avoir un meilleur accès au centre équestre de La Courneuve, plus de disciplines sportives loisirs, plus de sport dans les écoles, ouvrir un club de handball, réhabiliter le lycée Jacques-Brel. « Ce lycée est génial, les enseignants sont compétents, mais les locaux tombent en ruines…
C’est dommage.
 »

Mieux travailler ensemble

Sekou souhaiterait « plus de sorties culturelles pour les enfants scolarisés car c’est dans les plus jeunes années qu’on enregistre le plus de choses. Beaucoup ne sont jamais allés au théâtre, par exemple, ou voir une expo ». Nabil estime que les collèges et les lycées devraient proposer de l’aide aux devoirs (même si ça existe déjà, ndlr) : « Ça ne devrait pas être uniquement le rôle du service jeunesse ou des associations. »
Sur le thème de la santé, les idées ne manquent pas non plus : ouvrir un service d’urgence au Centre municipal de santé, avoir plus de spécialistes, pour réduire l’attente entre deux rendez-vous, et un médecin dans chaque école, faire de la prévention pour les conduites à risques et « notamment la chicha, un véritable fléau chez les jeunes ».
« Dans les suggestions des jeunes, nous retrouvons beaucoup de solidarité, notamment envers les personnes porteuses de handicap », a salué le maire. Les élus présents ont noté que les jeunes ignorent souvent que des dispositifs municipaux existent déjà sur nombre de sujets qu'ils évoquent. « On va essayer de mieux travailler ensemble ! »

• Isabelle Meurisse

Orientation et emploi
« Il faut se donner les moyens de notre réussite »

Durant les rencontres des Tremplins Citoyens de ces deux dernières semaines, l’orientation et l’emploi sont apparus comme des thématiques récurrentes. Lycéens, étudiants ou jeunes actifs ont souvent évoqué leurs parcours et les embûches rencontrées.

Constat amer en ce début d’année scolaire : certains étudiants courneuviens n’ont pas encore trouvé d’affectation dans le supérieur. Au-delà du débat sur les méthodes de sélection des élèves, les jeunes s’interrogent sur les solutions à envisager pour faciliter leur entrée dans la vie active. Si Yacine propose de mettre en place une discrimination positive dans les grandes écoles, Anne est pour davantage de filières d’excellence dans la ville.
« Il y a trop de décalage entre le niveau scolaire à La Courneuve et celui de Paris. Quand je suis arrivée dans un lycée parisien, ma moyenne a chuté drastiquement. Il faut que les professeurs soient plus exigeants ! Et puis, pourquoi nos lycées ne pourraient-ils pas accueillir des classes préparatoires aux grandes écoles ou des mises à niveau en arts appliqués ? Cela permettrait d’amener plus de mixité sociale et de revoir le niveau à la hausse. »
Pour la jeune fille, La Courneuve est remplie de bons éléments qui ne demandent qu’à se révéler : « On a autant de valeur que les Parisiens, même si on vient du 93. On peut réussir nous aussi, il faut juste que l’on s’en donne les moyens. »

Des dispositifs relais

Pour encourager la nouvelle génération, la Ville propose plusieurs coups de pouce, à l’instar du Contrat courneuvien de réussite ou du Conseil local de la jeunesse. L’un permet l’obtention d’une aide financière, l’autre est une instance de discussion dédiée à la jeunesse.
« Je trouve cela super d’aider les jeunes motivés ! On peut vite se sentir abandonné, tout prend une nouvelle dimension quand on est aidé », déclare Anne.
Ces dispositifs n’ont pas pour objectif d’être des solutions aux problèmes d’orientation. Cependant, il est fondamental que les Courneuviennes et les Courneuviens se les approprient et osent demander du soutien.


• Célia Houdremont

Contrat courneuvien de réussite : 61, rue du Général-Schramm, tél. : 01 49 92 60 75.
Conseil local de la jeunesse : renseignements au Point information jeunesse, 61, rue du Général-Schramm. Tél. : 01 49 92 62 44.

SPORT • CULTURE • LOISIRS Haut de page

Le Flash, champion de l’égalité des sexes

Le 11e titre de champion de France de l’équipe courneuvienne de football américain a été célébré lors d’une réception en mairie. Le club noir et jaune affiche haut des valeurs d’éducation populaire et mise, cette année, sur la pratique féminine.

« On est le club le plus titré en France ! » s’enthousiasme Bruno Lacam-Caron. Le manager des Flash, son équipe et les dirigeants étaient reçus le 20 septembre par le maire et la municipalité lors d’une réception de mise à l’honneur.
Ce nouveau titre de champions de France, l’équipe Élite des Flash est allée le chercher lors d’un déplacement fin juin à Fos-sur-Mer, dans une nouvelle finale contre les Black Panthers de Thonon-les-Bains. « Sur 16 participations en finale, ça fait 11 victoires »,
précise Bruno.
En hommage au club, le maire, Gilles Poux, et son adjoint en charge du sport, Éric Morisse, ont remis un cadre avec la première couverture de Regards consacrée au Flash. C’était pour son premier titre de champion de France, en juillet 1997.
Le maire a félicité l’équipe, ses coachs et tous ceux qui concourent à sa réussite. Il a dit son attachement à ce club qui reste amateur, qui est solidement attaché à ses valeurs populaires et à son territoire. Et qui véhicule une image positive de la ville à travers tous ses déplacements.

L’essor du sport féminin
Le club de football américain, qui se préoccupe autant de formation et d’implication citoyenne que de résultats sportifs, cherche à maîtriser son avenir. Pour mieux conjuguer sport d’élite et populaire, le Flash réfléchit à la possibilité d’intégrer le Parc interdépartemental des sports de Marville, sans pour autant quitter La Courneuve : « On a besoin pour se développer d’un terrain où on peut mettre 10 000 personnes. À Géo-André, on est limités à 1 200 personnes. »
Pour le moment, le Flash assure ses fondamentaux. Pour les 500 licenciés, les entraînements ont repris. Mais la grande ambition de cette saison, c’est l’essor du sport féminin. Pour y parvenir, le Flash a mis le paquet, en faisant venir des États-Unis Andrea Tooley (lire ci-dessous), qui devient ainsi la première coach femme en Europe !


• Philippe Caro

Le Flash, club de football américain. Stade Géo-André, 124, rue Anatole-France, du lundi au vendredi de 10h à 18h. Tél. : 01 48 37 02 90.
Mail : administration@flashfootball.org

Baisse des moyens de l’État
« Veut-on faire disparaître les valeurs du sport ? »
Lors de la réception du Flash, le maire Gilles Poux a fait part de sa déception face à la baisse de 30 millions du budget de l’État consacré au sport et la suppression de 1 600 encadrants sportifs, alors que la France est engagée dans la préparation des Jeux olympiques de 2024. « Ce n’est pas l’argent qui amène l’or ! commente Bruno Lacam-Caron, le manager du Flash. Cette baisse n’est pas très cohérente. On va être ridicules ! Sauf au niveau des investissements pour le BTP. » Ce qui l’inquiète en premier lieu, c’est l’évolution du monde du sport qu’annonce cette décision : « On se dirige vers un sport uniquement professionnel. Ils ne se rendent pas compte que des milliers de gamins vont traîner dans les rues ! Comment on va accompagner ces enfants si on nous supprime les budgets ? »
Gilles Poux et François Chelers, président de l’OMS, invitent les sportives et sportifs à signer une pétition pour que le sport bénéficie de moyens à hauteur de ses apports humains, économiques et sociétaux : lesportcompte.franceolympique.com

Équipe féminine
L’alliée américaine

Elle a l’expérience, la passion du jeu et de la transmission : l’Américaine Andrea Tooley a quitté Orlando (Floride) pour coacher les féminines du Flash.

« Cest la première coach femme en Europe ! » crâne un peu le manager du Flash, Bruno Lacam-Caron. Quand le club courneuvien s’est posé la question de renforcer ses efforts pour le sport féminin, c’est naturellement qu’il a tourné son regard vers Orlando (Floride), où Andrea Tooley, que des joueuses du Flash avaient précédemment croisée aux états-Unis, entraînait l’équipe féminine. Car la sympathique vétérane mêle une grande humanité sociale à la passion de son sport. « Elle n’a pas demandé de salaire, raconte Bruno. Sa seule condition était un appartement sur Paris. »
L’alliée américaine a donc débarqué en France début septembre. « J’aime Paris, j’aime la France ! » dit-elle. Si elle ne parle pas encore le français, il est évident que la barrière de la langue est surmontée avec aisance lors des entraînements. Elle explique par les gestes, montre… À son visage expressif, les jeunes joueuses (et joueurs !) comprennent, sur le terrain, si leurs exercices sont réussis ou pas.
« Elle est sympathique, on voit bien qu’elle a de l’expérience comme coach », confirme le jeune Nikita, 12 ans, dont c’est le premier entraînement. Il parle un peu l’anglais « mais elle nous montre les gestes pour qu’on comprenne ». Lorsqu’on lui demande ses premières impressions sur le Flash, et particulièrement sur le stade Géo-André mis à disposition par la Ville de La Courneuve, elle a un cri du cœur : « Best facilities ! (Super installations !) Aux états-Unis, il faudrait payer cher… On paye des milliers de dollars pour jouer… il faut toujours payer, payer, payer ! »
« Moi, j’adore enseigner ! » s’enthousiasme-t-elle. D’ailleurs, même si elle est là avant tout pour l’équipe féminine, peu importe que ses élèves soient des filles ou des garçons. Ce que confirme le manager du club : « On veut attirer plus de filles. Mais Andrea va coacher aussi des garçons. Et intervenir à l’occasion sur l’équipe Élite, car elle est spécialisée en attaque. »
Quand on lui demande ses objectifs sportifs, elle est à la fois ambitieuse et modeste : « Je veux prendre cette équipe et l’emmener le plus loin possible. Et embarquer ses jeunes élèves dans de belles expériences humaines. Le football, c’est tout ! Ça influe sur tous les aspects de la vie, sur l’expérience. On apprend sur soi-même. Ce jeu va te révéler… Et surtout : it’s fun ! » « Est-ce que vous vous êtes amusés ? » demande-t-elle simplement à l’issue de l’entraînement.
« C’est ça qui est important pour moi : amusez-vous ! »

• P. C.

À VOTRE SERVICE Haut de page

JOP 2024
Réunion publique sur le Cluster des médias

Pendant les Jeux olympiques et paralympiques 2024, le Cluster des médias accueillera les logements des journalistes à Dugny et deux pavillons pour les épreuves sportives, respectivement sur le terrain des Essences à La Courneuve et à côte du parc des sports du Bourget. Après les Jeux, il est prévu que restent en « héritage » un nouveau quartier à Dugny, un parc sportif requalifié au Bourget, une extension du parc Georges-Valbon à La Courneuve. Les travaux de réalisation du Cluster des médias s’effectueront dans le cadre de la création d’une zone d’aménagement concerté (ZAC), pilotée par l’établissement public Société de livraison des ouvrages olympiques (la Solideo). Une concertation a été lancée pour établir un échange avec les riverains, les acteurs économiques... et tous ceux que la vie du futur quartier concerne. Les équipes d’architectes, d’urbanistes et de paysagistes seront désignées prochainement ; les travaux et avis issus de cette concertation leur seront transmis pour nourrir leur réflexion. Vous pourrez donner votre avis sur ce projet lors d’une réunion publique où il vous sera présenté, à la Maison de la citoyenneté.
Vous pouvez également utiliser un registre déposé à l’accueil de la mairie ou vous connecter à la plateforme participative sur Internet : cluster-des-medias.jenparle.net

Collecte des déchets
Tél. : 0 800 074 904 (numéro vert  : appel gratuit depuis un poste fixe).
En ligne sur : plainecommune.fr/au-quotidien/signaler-un-incident

Travaux en cours

Place de l’Armistice
Construction de la gare de La Courneuve – Six Routes (lignes 16 et 17 du Grand Paris Express).
Circulation des véhicules et cheminement piéton aménagés jusqu’en 2024.

Rue Dulcie-September
Ouvrage de service du Grand Paris Express.
Cheminement piéton aménagé jusqu’en 2024

Rue de Verdun
Ouvrage de service du Grand Paris Express.
Cheminement piéton aménagé jusqu’en 2024.

Rue Danton.
Aménagement de trottoirs.
Du lundi 24 septembre au vendredi 26 octobre, la circulation et le stationnement sont interdits.

Avenue Gabriel-Péri (entre la rue Lacazette et l’avenue de la République), rues du Général-Schramm et Lacazette.
Renouvellement de conduites de gaz
Du lundi 24 septembre au vendredi 23 novembre, le stationnement des véhicules sera interdit.

Villa des Iris et rue Maurice-Bureau.
Rénovation d’un poste électrique.
Du lundi 8 octobre au vendredi 9 octobre, circulation ponctuellement neutralisée et stationnement interdit.

État civil

NAISSANCES

JUILLET
• 4 Ilyan Tabibou Ourango • 17 Abigaelle Kassarate • 17 Amel Saïdi • 18 Naëlle Sijoumi Eulterban • 18 Aishnavi Sivakumar • 18 Mohamed El Bouabani • 19 Aliah Akhtar • 20 Narges Arhab • 20 Tesnim Habibi • 24 Tyler Grancho Jocelyn • 26 Alina Sun • 27 Zaynab Sow • 27 Nassiba Saounera • 27 Aïcha Sow • 27 Safiya Sigere • 29 Ali Sakhizada •
SEPTEMBRE
• 5 Kaïs Bouziane •

MARIAGES
• Yves Etifier et Nataliya Stavytska • Thavarasa Subramanian et Vinothai Thillaiyampalam • Ali Bouharaoua et katia Emma • Jérem Alexandre et Amandine Gros-Desormeaux • Bejamin Dellal et blandine Hour • Juan marin Bouitrago et lina parra Montoya •

DÉCÈS
• Oummalle Djemila ép.Kidar • Tin Bui • Denise Jamin ép. Robert • Drissia Alammi Mernissi ép. Ben Maiz • Samba Camara • Félix Jeanne • Monique Crequi ép. Kramp • Jacques Legros • Slimane Kabene • Marius Franzero • Jacques Choumara • Olivier Henda • Yollande Bastian ép. Chacaton •

Numéros utiles

PHARMACIES DE GARDE
•  consulter monpharmacien-idf.fr

URGENCES
Pompiers : 18 • Police-secours : 17 • SAMU : 15

COMMISSARIAT DE POLICE
• Place Pommier-de-Bois
Tél. : 01 43 11 77 30

MÉDECINS DE GARDE
Urgences 93 • Tél. : 01 48 32 15 15

CENTRE ANTI-POISON
• Hôpital Fernand-Widal
200, rue du Faubourg Saint-Denis, Paris
Tél. : 01 40 05 48 48

COLLECTE DES DÉCHETS
Tél. : 0 800 074 904 (gratuit depuis un fixe).

ACCOMPAGNEMENT ET TRANSPORT DES PERSONNES AGÉES
Tél. : 01 71 89 66 15. Les mardis et vendredis.

MAIRIE Tél. : 01 49 92 60 00

PLAINE COMMUNE
• 21, avenue Jules-Rimet, 93218 Saint-Denis. Tél. : 01 55 93 55 55

Permanences des élus

• M. le maire, Gilles Poux, reçoit sur rendez-vous. Pour obtenir une entrevue, vous pouvez lui adresser un courrier à l’hôtel de ville ou lui écrire à l’adresse suivante : maire@ville-la-courneuve.fr
Pour obtenir un rendez-vous avec les élus, un formulaire à remplir est disponible à l’accueil de la mairie.

• Mme la députée, Marie-George Buffet reçoit le deuxième lundi du mois sur rendez-vous.
Tél. : 01 42 35 71 97

• M. le président du Conseil départemental, Stéphane Troussel reçoit chaque vendredi de 14h à 17h. Pour prendre rendez-vous, écrivez à l’adresse suivante : stephane.troussel@ville-la-courneuve.fr

Permanences des élus sans rendez-vous

Les permanences des élus de la municipalité ont repris à l’hôtel de ville et sont le mercredi et jeudi de 16h à 18h (inscription sur place entre 15h30 et 16h le jour même). Pas de permanence pendant les vacances scolaires.

Permanences de l'adil

Permanences d’information/conseil auprès des propriétaires et des locataires des logements privés (copropriété, contrat de location, charges impayées…). Consultation gratuite.
Centre administratif Mécano, 3, mail de l’Égalité.
RDV avec l’ADIL les deuxième et quatrième jeudis matins du mois, de 8h30 à 12h.
Contacter l’UT Habitat de La Courneuve.
Tél. : 01 71 86 37 71

Horaires de la médiathèque Aimé-Césaire

Mardis et jeudis, de 14h à 20h
Mercredis, vendredis et samedis, de 10h à 18h. Mail de l’égalité.

AGENDA Haut de page

À l'étoile


Tous les films du 5 au 17 octobre
1, allée du Progrès - Tramway Hôtel-de-ville. Tél. : 01 48 35 23 04

D Soirée découverte, tarif unique : 3 e
Prix : Tarif plein : 6 e / tarif réduit : 5 e / 
abonné adulte : 4 e / abonné jeune, groupes, associations : 2,50 e
Séance 3D : +1 e. Tarif moins de 18 ans : 4 e

Reine d’un été
Allemagne, 2018, VF, 1h07. De Joya Thome.
Ven. 5 à 17h, dim. 7 à 14h.

Première année
France, 2018, 1h32. De Thomas Lilti.
Ven. 5 à 12h (Soirée découverte, tarif unique : 3 e) et 20h, sam. 6 à 20h, dim. 7 à 16h, lun. 8 à 18h, mar. 9 à 18h30.

Sofia
Tunisie, France, 2018, 1h19. De Meryem Benm’Barek.
Ven. 5 à 18h30, sam. 6 à 14h, dim. 7 à 17h45, lun. 8 à 20h (Soirée découverte, tarif unique : 3 e), mar. 9 à 16h30.

L’Essence de l’art
17e Fête du cinéma d’animation.
Mer. 10 à 14h, sam. 13 à 14h, dim. 14
à 15h15.

La Belle
Lituanie, 1969, VO, 1h05. D’Ar?nas Žebri?nas.
Mer. 10 à 15h, ven. 12 à 12h (Soirée découverte, tarif unique : 3 e), sam. 13 à 15h, dim. 14 à 14h, lun. 15 à 17h30.

Jeunes contre le sexisme
À l’occasion de la Journée internationale des filles, projection de courts métrages réalisés avec des collégiens de Seine-Saint-Denis.
Lun. 15 à 19h (Soirée découverte, tarif unique : 3 e).

Shéhérazade
France, 2018, 1h49. De Jean-Bernard Marlin.
Mer. 10 à 16h10, ven. 12 à 16h30 et 20h15, sam. 13 à 16h10, dim. 14 à 18h, lun. 15 à 20h30 (Soirée découverte, tarif unique : 3 e).

Sollers Point – Baltimore
États-Unis, VO, 1h41. De Matt Porterfield.
Mer. 10 à 18h, ven. 12 à 18h30, sam. 13 à 20h, mar. 16 à 18h05.

Nul homme n’est une île
France, 2017, 1h36. De Dominique Marchais.
Dans le cadre de la Semaine bleue « Pour une société respectueuse de la planète ».
Ven. 12 à 14h (Soirée découverte, tarif unique : 3 e), samedi 13 à 18h, dim. 14 à 16h15, mar. 16 à 16h30.

Les Fantastiques Livres volants
17e Fête du cinéma d’animation.
De M. Morris Lessmore
Mer. 17 à 14h30.

Kin : le commencement
États-Unis, 2018, VF, 1h43.
De Jonathan Baker et Josh Baker.
Mer. 17 à 15h30.

I Feel Good
France, 2018, 1h42. De Benoît Delépine et Gustave Kervern.
Mer. 17 à 17h30.

Agenda

Du 3 au 9 octobre
CINÉ Graines d’artistes

Programme inédit de huit courts métrages sur le thème de l’artiste, proposé par l’Agence du court métrage dans le cadre du 17e Festival du cinéma d’animation.
Cinéma L’étoile.

Du 3 au 7 octobre
ARTISANAT Marché

Les femmes du Mali vous invitent à une vente de bijoux, tissus, vêtements, produits de beauté et épices.
Salle Philippe-Roux, 58, rue de la Convention. Du mercredi au vendredi, de 10h à 20h, samedi et dimanche de 10h à 18h.
Entrée gratuite.

5 octobre
SENIORS Visite du Panthéon

Découverte du monument mythique
du Ve arrondissement de Paris.
Rendez-vous à la gare du RER de
La Courneuve-Aubervilliers, à 9h.

6 octobre
CULTURE Nouvelle saison

La Courneuve célèbre l’ouverture de la saison culturelle. Entre acrobaties, fanfare, projections et photographie, les artistes donnent le ton, dispersés aux quatre coins de la ville.
Carrefour des Six-Routes, de 12h à 18h ; médiathèque Aimé-Césaire, à 15h ; cinéma L’Etoile, à 17h ; place de la Fraternité,
à 18h30.

CINÉ-DANSE Light Play
Quand la danse raconte le cinéma, ça vaut le détour ! Il était une fois un petit garçon fasciné par le 7e art… Une histoire dansée par Miguel de Sousa.
Cinéma L’étoile, à 17h.
Tarif : 3€.

7 octobre
CULTURE KM4 Valorem

La Société du Grand Paris vous invite à l’inauguration du chantier de la future gare des Six-Routes, du Grand Paris Express.
Au programme :
– Balade urbaine (2h30). Gare RER de La Courneuve, devant les guichets, à 13h30.
– Discussion sur la valeur de l’art (2 heures) avec l’association Face. Prairie du Moulin Fayvon, à 16h.

Du 8 au 12 octobre
SENIORS Semaine bleue

Participez à la Semaine nationale des retraités et personnes âgées ! Cinéma, visites de jardins et conférences seront
au programme.
Programme complet à la Maison Marcel-Paul.

10 octobre
SANTÉ Vaccinations

Centre municipal de santé, 2, mail de l’égalité, salle de PMI au 1er étage. De 13h30 à 15h30.

HISTOIRES Les kilos du moineau
Quand Myriam Pellicane nous embarque dans son monde de drôleries fantastico-poétiques, il est difficile d’y résister… Venez l’écouter à la médiathèque !
Médiathèque Aimé-Césaire, à 15h.

11 octobre
PRÉSENTATION Programme de l’Académie Fratellini

L’Académie vous présente sa saison 2018-2019 en compagnie du Collectif sous le Manteau. La soirée se prolonge avec une représentation dans le grand chapiteau de la compagnie Les hommes penchés.
1-9, rue des Cheminots, à 18h30.

RÉUNION PUBLIQUE Jeux olympiques
Une concertation au sujet des JOP 2024 est proposée aux riverains. Avec la participation d’un représentant de la Solideo, la Société de livraison des ouvrages olympiques.
Maison de la citoyenneté, à 19h.
Lire page 10.

11 ET 18 octobre
MANIFESTATION Opération Grande Lessive

Les agents de la Ville et de Plaine Commune organisent une opération nettoyage de l’espace public.
Le 11/10, quartier des Quatre-Routes, rues de La Courneuve et Jean-Pierre Timbaud, de 6h à 13h. Le 18/10, quartier de l’Hôtel de ville, rue de l’Abreuvoir et impasse Edgar Quinet, de 6h à 13h.

11, 15 et 25 octobre
SANTÉ Dépistage du cancer du sein

Dans le cadre d’Octobre rose, campagne de dépistage du cancer du sein, l’association Femmes d’avenir tient un stand d’information au CMS les jeudi 11 octobre (14h à 17h), lundi 15 octobre (14h à 17h) et mardi 23 octobre (9h à 12h).
Centre municipal de santé Salvador-Allende, 2, mail de l’égalité. Tél. : 01 49 92 60 60.

13 octobre
SPECTACLES Jour de jongle

Cette journée vous propose deux spectacles à voir dehors/dedans :
O.G.M. des Frères Kazamaroffs,
et As heavy as it goes de Circus Katoen
Centre culturel Jean-Houdremont, à 17h30.

SPORT Boxe thaïlandaise
Le Golden Challenge, organisé par le club courneuvien Derek Boxing, est un grand gala de boxe thaïlandaise.
Complexe Béatrice-Hess, 43, avenue du Général-Leclerc. à partir de 18 heures.
Tarifs : tribune, 10€. ring,: 15€.

17 octobre
COMMÉMORATION 17 octobre 1961

Commémoration à la mémoire des nombreux Algériens tués lors de la sanglante répression de la manifestation pacifique du 17 octobre 1961.
Place de la Fraternité, de 18h à 19h30.

SPECTACLE Bled runner
One-man-show de l’humoriste Fellag.
Centre culturel Jean-Houdremont, à 20h30. Lire page 12. Tarifs : de 6 à 12 €. (Deux places à gagner dans le supplément Sortir.)

18 octobre
CINÉ-DÉBAT Qu’en est-il du racisme ?

Rencontre autour de la projection du film documentaire On s’la raconte, de Nassima Guessoum, qui éclaire sur les discriminations. Animée par Marie Chominot, historienne, en présence
de Fabrice Dhume, sociologue.
Maison de la citoyenneté, à 18 heures.

UN CERTAIN REGARD Haut de page

Fellag, comédien et humoriste
« Le rire est un moyen idéal pour désamorcer les passions »

Le 17 octobre, à 20h30, le centre culturel Jean-Houdremont accueille le dernier spectacle de Fellag. L’humoriste est né en 1950 dans un petit village de Kabylie maritime. à 8 ans, il s’installe avec sa famille à Alger, pendant la guerre d’Algérie. Il y découvre « l’école, les gens, la foule », comme il dit. Sa passion pour Chaplin le pousse à devenir comédien. Il fait très vite de l’humour son arme de dérision massive. Bled Runner est un one-man-show caustique.

Que Fellag monte sur scène en chemise-bretelles, en tenue kabyle, tête nue ou un chapeau sur la tête, ses répliques sont tordantes. « Le 5 juillet 1962, après sept ans de guerre, l’indépendance est arrivée… (Temps de pause.) Ou bien elle est partie ! Je ne me souviens plus. Elle est passée très vite… » « Finalement la France, c’est une Algérie française qui a réussi ! » Ou encore : « Mon père était un colonisé, qui s’est battu pour un colonisateur, pour l’aider à se décoloniser… » Le public rit. Et ça marche à chaque fois !
Tout jeune, Fellag se passionne pour la lecture. Il aime tellement ça qu’il lit, sans même comprendre parfois, « les étiquettes de boîtes de conserves, le journal, les affiches publicitaires ». Au cinéma, son idole n’est autre que Charlie Chaplin :
« Il a éveillé en moi une passion, une vocation. à mes yeux, il avait une liberté totale. Il faisait ce qu’il voulait, imitait qui il voulait, à sa manière. J’adorais son interprétation. J’ai donc commencé le théâtre. Au collège, à Alger. »
Fellag, à cette époque, ne connaît pas grand-chose au monde du théâtre. «  J’avais vu deux, trois pièces à l’école, mais à part ça j’ignorais tout. » Un jour, en lisant le journal, il voit une annonce qui propose un concours d’entrée à l’Institut national d’art dramatique.
« à l’instant où j’ai reçu le courrier stipulant que ma candidature à l’examen était acceptée, j’ai tout lâché ! J’ai arrêté l’école et je me suis mis à lire Molière, Marivaux, Musset. J’écoutais toutes les pièces en français, en arabe, en kabyle qui passaient à la radio. Et je n’arrêtais pas de lire des œuvres classiques. »
Sa passion et son sérieux lui ont fait réussir le concours d’entrée à l’Institut. « J’y ai passé quatre ans. On était internes. On travaillait d’arrache-pied du matin au soir. » Après ces années, l’artiste ressent l’envie et le besoin de s’enrichir l’esprit, voir le monde, se construire. Il part donc sept ans, « comme dans les contes des Mille et Une Nuits », au Canada, en France, aux états-Unis… Il écrit un spectacle, touche à la mise en scène. De retour en Algérie en 1985, Fellag intègre le Théâtre national. Puis arrivent les « événements d’octobre », une période de 1988 où le peuple algérien n’en peut plus de l’oppression de l’état. « J’ai voulu écrire à ce sujet. Il fallait que je raconte ce qui s’était passé. Je l’ai écrit dans une langue libre, pas comme au théâtre qui demande un certain purisme. Mais en arabe, en français, en berbère. Ce trilinguisme n’est pas du tout calculé. Le type de spectacles que je fais, c’est un théâtre de la vie et il ne peut s’exprimer qu’avec le langage vivant. Et comme nos langues dans la rue sont le berbère, l’arabe et le français, je les ai adoptées le plus naturellement du monde. Et les gens s’y retrouvent. » à son arrivée en France, dans les années 90, son humour, sa tendresse plaisent immédiatement. Ses spectacles font salle comble à chaque fois. « Avec Bled Runner, je fais une sorte de voyage à travers toutes mes œuvres. Je mêle, grâce à mon personnage, un Algérien, l’enfance, l’adolescence, l’âge adulte, le politique, le social, le délire de cette Algérie entre 1955 et 1995. Je m’amuse de manière tendre et arlequinesque de ces sujets sociétaux très graves parfois. Le rire est un moyen d’expression idéal pour désamorcer les passions, la tragédie. Il atténue les blessures. Il régule les émotions. Il redonne le sourire et rend les gens plus heureux. Il peut tourner en dérision tout ce qui fait mal finalement. C’est le credo de toute mon écriture depuis le début. Et le public sait qu’il est au théâtre, qu’il y a une distance, il accepte donc de voyager avec moi. Les drames servent à raconter la vérité des hommes et des femmes du monde entier. Celles et ceux qui continuent à vivre malgré la vie, qui rusent avec les malheurs, qui contournent les problèmes. Mes personnages sont universels, finalement. »

• Isabelle Meurisse