Ecoutez le texte

REGARDS Le journal de La Courneuve l N°506
du jeudi 29 novembre au 12 décembre 2018

ARRÊT SUR IMAGES

À MON AVIS

L'ÉVÉNEMENT DE LA QUINZAINE

DOSSIER

L'ACTUALITÉ

SPORT • CULTURE • LOISIRS

À VOTRE SERVICE

AGENDA

ARRÊT SUR IMAGES Haut de page

Chez les loups de Robespierre


Avant la démolition de la barre Robespierre (en 2019), une démarche artistique orchestrée par le collectif Random sollicite la mémoire et les liens des habitants avec ce lieu, au fil
de « rituels d’au-revoir ».
Le 24 novembre, les jeunes ont participé à une performance-installation pour laquelle ils se sont transformés en loups…

Rimbaud sur les planches

Deux classes de seconde et première du lycée professionnel Arthur-Rimbaud ont assisté dans leur établissement à une représentation proposée par le théâtre national de La Colline (Paris 20e). Tout au long de l’année, les lycéen-ne-s vont travailler avec cette équipe de comédien-ne-s et des élèves d’un lycée général.

Face à la violence

Dans le cadre de la semaine dédiée à l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le service municipal de la jeunesse a organisé samedi 24 novembre un Cluedo géant dans toute la ville. Ce théâtre participatif a donné l’occasion aux jeunes de découvrir les missions des policiers et d’une assistante sociale qui viennent en aide aux femmes victimes (lire aussi page 8).

Défendre les services publics

La Boutique EDF de La Courneuve, fermée en février dernier, a été réinvestie par la CGT énergie 93 afin de lutter pour le maintien du service public de proximité.

L’avenir des collégiens

Des élèves de 4e et de 3e venu-e-s de tous les collèges de Seine-Saint-Denis ont convergé vers le gymnase El-Ouafi, du 19 au 23 novembre, pour le sixième Salon de l’orientation post-3e, où ils ont pu s’informer sur un large éventail de formations générales, technologiques et, surtout, professionnelles qui leur sont proposées.

Moins de déchets.

À l’occasion de la Semaine européenne de réduction des déchets, la Ville et Plaine Commune ont tenu conjointement, dans plusieurs lieux de la ville, des stands d’information et de sensibilisation aux bons gestes pour prendre soin collectivement de notre cadre de vie.

À MON AVIS Haut de page

Des investissements, du changement !

 

Disposons-nous à La Courneuve des mêmes moyens que les autres territoires pour l’éducation, la justice, la police, les politiques d’emploi… ? Au fond, sommes-nous, Courneuviennes et Courneuviens, traité-e-s à égalité ? Cette question, nous vous l’avons posée en septembre lors de la tournée des Tremplins citoyens, et vous avez, en grande majorité, répondu par la négative. Vous aviez raison, les inégalités que vous vivez ont été prouvées par de nombreux rapports et études : en Seine-Saint-Denis, nous avons moins de tout. Pourtant, notre département est le troisième contributeur national en matière de TVA, avec un chiffre d’affaires des entreprises qui s’élève à 164 milliards.

« Avec ces milliards d’investissements, il est désormais possible et surtout nécessaire de changer la donne en matière de formation, d’emploi, d’amélioration des conditions de vie… »

Je refuse que cette situation qui n’a que trop duré s’impose comme une fatalité. Non, nos quartiers ne sont pas des paniers percés, des causes perdues ! Au contraire, les solutions existent, les richesses produites ici peuvent et doivent revenir aussi aux habitant-e-s. Voici des années que j’ai fait le choix de me battre pour la réussite de notre territoire. Aujourd’hui, je constate que ce combat de longue haleine commence à porter ses fruits. Oui, notre ville gagne en attractivité. Les investisseurs se pressent, les grands projets de transports et d’aménagements urbains fleurissent, les Jeux olympiques de 2024 se préparent…

Avec ces milliards d’investissements, il est désormais possible et surtout nécessaire de changer la donne en matière de formation, d’emploi, d’amélioration des conditions de vie… Ce changement, l’état doit le rendre possible en nous donnant les mêmes moyens qu’ailleurs ! En 2019, cela fera dix ans que j’ai porté plainte auprès de la Halde pour discrimination territoriale. Cet anniversaire sera pour la municipalité l’occasion d’inviter les Courneuviennes et les Courneuviens à se mobiliser. Nous pourrons alors interpeller les pouvoirs publics pour affirmer que désormais tout peut changer !

L'ÉVÉNEMENT DE LA QUINZAINE Haut de page

Comités de voisinage
De l’art, de l’air et la gare

Une œuvre d’art dans l’espace public, la pollution de l’air, le fonctionnement insatisfaisant de l’agence SNCF de la gare et l’aménagement de son parvis sont parmi les sujets qui ont été débattus dans les récents comités de voisinage.

Les problèmes quotidiens, la vie du quartier mais aussi les grandes questions qui concernent toute la ville : les comités de voisinage (au nombre de six) sont, depuis vingt ans, des lieux de rencontre entre les habitant-e-s et leurs élu-e-s. Ouverts à tous les habitant-e-s, ils permettent, trois fois par an(1), d’exprimer et de partager des remarques, des critiques, des suggestions. Dans cette dynamique, les élu-e-s ont annoncé lors des récents comités de voisinage la prochaine mise en place d’un budget participatif. C’est un dispositif qui permet aux habitant-e-s de proposer des projets de divers types (l’aménagement de l’espace urbain, la nature en ville, les modes de circulation, les équipements culturels et sportifs, etc.), soumis au vote de leurs concitoyen-ne-s et réalisés (dans le cadre d’un budget prédéfini) par les municipalités. Ce système est déjà en place dans huit villes du département (à Saint-Denis, notamment), chacune avec ses modalités propres. La municipalité de La Courneuve travaille à l’organisation de ce budget participatif, qui sera notamment présenté dans Regards. Preuve que l’idée intéresse nombre d’habitant-e-s, certain-e-s participant-e-s du comité de voisinage des Quatre-Routes – Anatole-France ont pris de l’avance et commencé à réfléchir à des idées : un jardin partagé, des boîtes à livres, une journée rallye interculturelle…
Des discussions riches à venir !

(1) Les rendez-vous des comités de voisinage sont annoncés dans l’agenda de Regards et sur le site de la Ville : ville-la-courneuve.fr
Renseignements : unité vivre ensemble du service démocratie participative et vie associative au 01 49 92 62 65.

Quartier de la Gare
Une mobilisation pour se faire entendre de la SNCF

La question de la gare a occupé une grande partie de la réunion du comité de voisinage. Tout le monde s’accorde à constater les services indigents : agence souvent fermée, automate régulièrement en panne, portillon souvent défectueux, accès poussettes souvent en panne… « La SNCF ne joue pas le jeu ! » s’indigne le maire Gilles Poux, présent ce soir-là, qui évoque rencontres et demandes infructueuses. Il est décidé une réunion du bureau du comité de voisinage, à laquelle les habitant-e-s sont convié-e-s, le vendredi 7 décembre à 15h, à la Boutique de quartier du boulevard Pasteur, pour réfléchir à une mobilisation collective en direction de la SNCF.
Il y a consensus aussi des participant-e-s pour regretter l’inflation des vendeurs à la sauvette sur le parvis de la gare, où passent 15 000 à 20 000 usagers chaque jour. Le maire pense que « la justice pourrait mettre plus de moyens face à ce phénomène. C’est ce que je vais demander à la procureure de la République lors d’un prochain rendez-vous. » Il annonce aussi le lancement d’une étude sur le réaménagement de ce parvis, afin de supprimer les nuisances et réguler le commerce ambulant, de fruits et légumes en particulier. Le résultat de cette étude sera présenté lors d’un prochain comité de voisinage.
Sur le terrain de la mobilité, c’est l’évolution du bus 250 qui est au centre des préoccupations. Gilles Poux indique que la Ville a reçu un accueil favorable de la part de la RATP à sa proposition de revoir le trajet de la ligne 250, pour mieux relier les quartiers de la gare et des Quatre-Routes. Reste désormais à convaincre Île-de-France Mobilité (ex-STIF). L’évacuation en cours des marchands de tissus installés dans l’ancienne usine Spler est aussi évoquée : les établissements Haudecœur y prendront place bientôt pour étendre leur activité, avec la création de vingt-cinq à trente emplois.

Philippe Caro

4 000 Nord
Pour une police de proximité

Le premier débat du comité de voisinage a porté sur le manque croissant de communication entre les habitant-e-s du quartier. Pour pallier cette difficulté des adultes à se rencontrer et recréer de l’entraide entre les riverains, les propositions suivantes ont été lancées : mettre en place des repas de quartier ; accueillir les nouveaux habitants pour leur présenter la ville ; lancer une chorale de quartier ; organiser une journée citoyenne.
Les habitant-e-s ont ensuite souligné une perte de proximité entre la police et la population. Le comité propose donc d’inviter prochainement le commissaire de la Police nationale pour échanger et leur proposer de participer à des événements dans le quartier. Michael Naïnan, du service municipal de la jeunesse, a évoqué la collaboration engagée entre les jeunes et deux associations de policiers : un jeu d’énigmes géant a été organisé dans toute la ville.

Célia Houdremont

Quatre-Routes – Rateau
Réduire la pollution de l’air

Un exposé audiovisuel sur la pollution de l’air lance la discussion, animée par des membres de l’association Respire, qui expliquent l’urgence de lutter contre la pollution de l’air, invisible mais particulièrement inquiétante dans la région parisienne. « C’est un problème majeur de santé publique, notamment pour les enfants et les personnes les plus fragiles. Il faut agir sans attendre, tous ensemble. » Chaque comportement individuel compte : moins utiliser la voiture, faire plus de vélo… Mais ils suggèrent aussi de faire pression sur les pouvoirs publics pour améliorer les transports collectifs.
Une marche mondiale pour le climat est organisée le 8 décembre à Paris : pourquoi ne pas organiser un départ collectif de La Courneuve, proposent certains ? Les autres idées que les participant-e-s proposent : faire des aménagements en faveur du vélo (circulation, stationnement) ; contrôler les horaires du marché, qui occasionne d’interminables bouchons très polluants ; faire stopper les moteurs des bus en attente au terminus ; promouvoir la marche à pied et créer des zones piétonnes ; aménager une sortie de l’autoroute directement vers la zone d’activité, sans transit dans les rues habitées…
La difficulté de se créer une identité numérique fut l’autre débat de la réunion. En 2019, il faudra payer ses impôts par Internet, sous peine de majoration. Cela crée une angoisse chez les personnes qui n’utilisent pas d’ordinateur, qui n’ont pas encore d’adresse mail. « Il faut aider ceux qui sont en difficulté », expose Mme Boulanger. « On va rescencer tous les postes accessibles dans le quartier, et des séances d’initiation sont organisées à la Maison pour tous Cesária-évora : inscrivez-vous ! »

Café numérique, aide pour les démarches administratives électroniques tous les mardis, de 10h à 12h
à la Maison pour tous Cesária-évora, 55, avenue Henri-Barbusse. Tél. : 01 71 89 66 00.
Association Respire : respire-asso.org

Quatre-Routes – Anatole-France
Non à la vente de logements sociaux !

In’li, bailleur du quartier des Quatre-Routes – Anatole-France, a annoncé la vente de logements sociaux. Avec plus de 4 000 demandes de logements en attente, la Ville compte ne pas céder face au bailleur. Une réunion publique est prévue le vendredi 30 novembre avec tous les locataires concernés.
Côté transport, le projet de ralliement du quartier des Quatre-Routes à la gare en est à ses balbutiements. Un premier échange s’est fait avec la RATP sur l’extension d’une ligne de bus qui desservirait la nouvelle rue des Usines-Babcock et relierait le quartier de la gare au quartier des Quatre-Routes. Les parents d’élèves et les membres de comités de voisinage, instigateurs de cette demande, seront associés au travail.

Natacha Lin

Centre-ville
Une œuvre d’art sur le mur du Franprix

Mardi 20 novembre, à la Maison de la citoyenneté, une douzaine de personnes ont assisté au comité de voisinage du centre-ville. Les habitant-e-s ont pu découvrir les trois œuvres proposées pour le mur du Franprix, situé rue de la Convention. L’une représente des regards de voyageurs du monde dans un tramway, l’autre des signes colorés évoquant la Ville-Monde et la troisième mêle graffitis et dessins représentant le monde ouvrier. Les Courneuvien-ne-s sont plutôt enchanté-e-s à l’idée d’habiller ce mur, « laissé à l’abandon et surtout aux pigeons et aux hommes qui ne se gênent pas pour uriner ». D’ailleurs, une peinture hydrophobe est prévue pour dissuader les auteurs de dégradations.
Lors de la réunion publique, élu-e-s et habitant-e-s sont revenus sur les Tremplins citoyens, dont la restitution aura lieu le 29 novembre à 18h à la Maison de la citoyenneté. « Environ 200 personnes du centre-ville ont répondu au questionnaire », souligne Marie-Line Clarin, conseillère municipale. Il a beaucoup été question de propreté, de commerce, mais pas uniquement ! Une habitante rappelle sa crainte de voir le cinéma L’étoile fermer ses portes : « Il n’y a jamais personne ! Pourtant, la programmation est géniale, mais il y a un manque de dynamisme sur la communication des événements. On a vraiment peur de perdre notre cinéma. »  

Isabelle Meurisse

4 000 Sud
Défendre les services publics

Le comité de voisinage s’ouvre par une note positive : Noémie, la porte-parole du jour, constate des améliorations au niveau de la sécurité. Mais le sentiment d’abandon persiste, les riverain-e-s déplorent la fermeture du supermarché et s’interrogent sur les changements successifs d’enseignes. Le maire, présent ce soir-là, annonce l’ouverture prochaine d’un magasin G20.
Autres sujets d’inquiétude, la fermeture des services publics : l’agence EDF, la CPAM. Les élus Amine Saha, Rachid Maïza expliquent que la Ville s’est battue pour les conserver et que cette action a permis de garder le centre CPAM des Quatre-Routes. Et des études sont en cours pour l’installation d’une Maison des associations et d’un Point d’information jeunesse dans les locaux de l’ancien CMS.
Autres points récurrents : le stationnement et les verbalisations jugées injustes. Les places de stationnement existent dans ce quartier mais les parkings sont peu utilisés, la municipalité travaille avec les bailleurs pour trouver des solutions afin que les habitant-e-s se les réapproprient.

DOSSIER Haut de page

Le BTP, une mine d’emplois

Les chantiers du Grand Paris, les divers projets d’aménagement urbain : le secteur du bâtiment et des travaux publics recrute beaucoup, et pour de nombreuses années, des profils très variés, y compris sans formation. Le 11 décembre à l’hôtel de ville, des entreprises et des organismes proposeront aux visiteurs des dizaines d’emplois et des formations adaptées au BTP.

Réhabilitation et transformation de grands sites industriels comme les usines Babcock, création du Campus Condorcet, transformation de la tour Pleyel en hôtel, rénovation urbaine aux 4 000, mais surtout arrivée du Grand Paris Express et de son quartier de gare aux Six-Routes, sans oublier la préparation des Jeux olympiques de 2024 : dans les dix ans à venir, le visage de La Courneuve va changer. Ce sont 12 à 15 milliards d’investissements publics et privés qui vont être réalisés dans le cadre des grands projets qui vont arriver sur le territoire de Plaine Commune, avec potentiellement la création de plusieurs milliers d’emplois.
Les entreprises du BTP ont donc besoin de forces vives et recrutent dès à présent. Le 11 décembre, la Maison de l’emploi de La Courneuve (en collaboration avec plusieurs partenaires, dont la municipalité) organise à l’hôtel de ville une Matinale du BTP pour que les Courneuvien-ne-s aient accès à ces offres d’emploi.
Seront présentes notamment les entreprises qui travaillent (ou vont travailler) à la construction de la ligne 16 (celle qui traversera La Courneuve) et de ses gares. Le groupe Eiffage Génie Civil, un géant du secteur, proposera donc directement des emplois, ainsi que de nombreuses entreprises moins imposantes – partenaires ou sous-traitantes.

Des métiers en évolution

Conducteurs d’engins, coffreurs, opérateurs de machines diverses, monteurs de réseaux électriques… : de nombreuses annonces concerneront les métiers du gros œuvre. Mais aussi du second œuvre, à l’étape de l’aménagement des bâtiments : carreleurs, charpentiers, peintres, tailleurs de pierre. Les métiers support, qui accompagnent le bon déroulement des chantiers, sont aussi en demande : agent de saisie, comptable, responsables de la qualité, de la sécurité, de l’environnement…
« Tous ces métiers du BTP ont énormément évolué ces dernières années : ça n’a plus rien à voir avec les métiers qu’ont pu faire nos parents, qui rebutent notamment les jeunes, explique Diégane MBaye, chargé de mission emploi-formation à la Maison de l’emploi. Ce sont aujourd’hui des filières en prise avec les évolutions technologiques, en constante mutation, dans lesquelles on peut envisager un vrai plan de carrière et accéder à de bonnes rémunérations. »
« C’est un secteur où tout le monde a sa chance, de bac – 10 à bac + 5. Et les filles ont leur place, notamment dans les métiers du second œuvre ou dans les fonctions support », sourit-il.
Pour les jeunes sans diplôme ou ceux qui n’ont pas d’expérience, de multiples solutions de formation adaptées à ce secteur seront proposées par des organismes spécialisés : des stages, des apprentissages, des formations qualifiantes, des dispositifs adaptés aux demandeurs d’emploi de longue durée, aux travailleurs handicapés…
« Quelle que soit sa situation, son statut, on peut trouver une bonne solution pour chacun : la condition nécessaire, c’est la motivation ! » Les emplois et les formations qui seront proposés le 11 décembre sont tout ce qu’il y a de plus concret. Soyez prêt à ce que les choses s’enclenchent très vite, avec un rendez-vous pour un entretien où une entrée en formation immédiate : mieux vaut venir avec un CV à jour, par exemple.

11 décembre de 9h à 13h, à l’hôtel de ville, avenue de la République. Ouvert à tou-te-s.
Site : maisonemploi-plainecommune.ovh

La Maison de l’emploi
Des conseils, des services, des offres…

Comme dans chaque ville de Plaine Commune, la Maison de l’emploi de La Courneuve est un lieu qui regroupe les ressources et les services concernant la recherche d’emploi, en lien avec les partenaires concernés (Pôle emploi, etc.). Elle est ouverte gratuitement à tous (demandeur-euse-s d’emploi, étudiant-e-s, salarié-e-s en recherche de mobilité), avec une équipe de professionnel-le-s pour vous informer et vous accompagner dans vos démarches vers l’emploi, selon vos besoins. On y trouve un espace public numérique, avec une vingtaine de postes informatiques en libre accès, qui permettent notamment d’accéder à une base d’offres d’emploi alimentée constamment, dans laquelle vous pouvez déposer votre CV. Des ateliers collectifs pour faciliter vos démarches sont régulièrement organisés : utilisation du site Pôle emploi, découverte de métiers, préparation aux entretiens de recrutement... Des associations peuvent aussi y proposer des initiatives. Des programmes de formation sont aussi mis en œuvre, dans le secteur du bâtiment mais aussi de l’hôtellerie, de la restauration, du gardiennage, etc. Un accompagnement spécifique est accessible aux bénéficiaires du RSA, pour répondre à des offres d’emploi ou bénéficier de formations, pour lesquelles les conseillers aident à monter les dossiers de financement.

La Maison de l’emploi : 17, place du Pommier-de-Bois. Tél. : 01 71 86 34 00.
Site : maisonemploi-plainecommune.ovh

La Mission locale
Au service des 16-25 ans

L’objectif de la Mission locale intercommunale est « d’aider les jeunes de 16 à 25 ans sortis du système scolaire à résoudre leurs difficultés d’insertion professionnelle, explique éric de Marez, le directeur. Même les diplômés : 47 % de ceux qui viennent nous voir ont un niveau terminale ou bac et, pourtant, ils ont du mal à accéder à une situation professionnelle stable par leurs propres moyens. »
Pour les aider, les cinq conseillers d’insertion programment pour chacun d’entre eux un accompagnement à la carte, depuis la définition du projet professionnel jusqu’à l’entrée en emploi, pendant une période de six mois à deux ans et demi.
Vous cherchez un premier contact avec l’emploi ? Les dispositifs d’immersion en entreprise peuvent vous permettre d’apprendre les rites et les rythmes d’une organisation professionnelle. Vous cherchez un emploi ? Une à deux fois par mois, un atelier CV et préparation aux entretiens d’embauche réunit six à huit jeunes pour une demi-journée. Vous avez besoin de vous former ? Que vous soyez déjà en emploi ou bénéficiaire du RSA, votre référent-e dédié-e peut vous aider à vous documenter sur les organismes de formation et les aides au financement.
Mission locale intercommunale : 17, place du Pommier-de-Bois. Tél. : 01 48 36 14 93.

Les Clubs de Plaine Commune
Des parrainages pour les jeunes

Si vous avez moins de 26 ans et résidez en Seine-Saint-Denis, Plaine Commune vous propose d’intégrer l’un des Clubs, qui fonctionnent sur un système d’accompagnement par un club de cadres et responsables RH mettant à disposition des candidat-e-s leur carnet d’adresses en vue d’accéder à un stage, une formation ou un emploi.
Le Club des jeunes talents organise une semaine de coaching vers l’emploi où chaque jeune va créer son identité professionnelle en ligne et s’entraîner à passer des entretiens avec de vrais DRH, tout en multipliant les rencontres de networking.
Au sein du Club des jeunes alternants (apprentissage et contrats de professionnalisation), vous bénéficierez d’un atelier d’une semaine pendant lequel vous pourrez travailler votre présentation en entretien, apprendre à utiliser les réseaux sociaux et gérer votre stress – et repartir avec votre CV en vidéo.
Quant au Club des jeunes bâtisseurs, il se focalise sur le marché de l’emploi du bâtiment, un secteur où les recrutements sont permanents et l’évolution, toujours possible !

Club des jeunes talents. Frédéric Coste : frederic.coste@plainecommune.com.fr / tél. : 01 55 93 56 87.
Club des jeunes alternants. Mama Kanouté : mama.kanoute@plainecommune.com.fr / tél. : 01 55 93 58 28.
Club des jeunes bâtisseurs. Philippe Baquian : philippe.baquian@plainecommune.com.fr / tél. : 06 14 32 90 99.

L'ACTUALITÉ Haut de page

Mobilisation contre les violences
Les femmes ne sont pas seules

À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes,
la municipalité et les associations multiplient les initiatives et informent les victimes sur les lieux où elles peuvent trouver aide et soutien.

La violence, dans tous les cas, dans toutes les situations, c’est un interdit fondamental, ce n’est JAMAIS justifiable. C’est in-ter-dit ! » La parole d’Édouard Durand, juge des enfants au tribunal de grande instance de Bobigny – en charge du secteur de La Courneuve –, fut claire et puissante lors de la première conférence, consacrée aux violences intrafamiliales, qui ouvrait le 23 novembre un cycle d’initiatives organisées par la municipalité et des associations pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.
« La violence, ce n’est pas l’autorité parentale, ce n’est pas le conflit, ce n’est pas la dispute : c’est un individu – dans l’écrasante majorité, un homme – qui fait régner dans sa famille la menace, la peur, un climat de mort… » rappelait-il, quelques jours après l’assassinat à Aubervilliers de Marie par – soupçonne-t-on – un ancien compagnon.
Ernestine Ronai, présidente de l’Observatoire départemental des violences envers les femmes, appuyait cette nécessité de reconnaître sans fard ces violences intrafamiliales, parmi les plus cachées. « Pour être aidée, soi et ses enfants, pour échapper à l’emprise de cette situation, il faut s’adresser à quelqu’un. Il existe des lieux, des
personnes qui protègent les femmes pour qu’elles puissent partir, qui les épaulent pour se reconstruire une vie hors de la violence… »

Vendredi 30 novembre :
- spectacle de théâtre participatif sur les violences faites aux femmes, par la compagnie NAJE, à 14h, à la Maison pour tous Cesária-évora, 55, avenue Henri-Barbusse ;
- projection-débat du film de Xavier Legrand, Jusqu’à la garde (une histoire plongée dans les violences conjugales), à 20h30, au cinéma L’Étoile,
1, allée du Progrès.

Violences domestiques
« Le silence ne profite qu’à l’agresseur »

Catherine est responsable des permanences d’information de l’association Femmes solidaires depuis 1998.

Regards : Comment se déroule l’entretien avec les femmes qui viennent dénoncer des violences domestiques ?
Catherine : Le plus important, c’est de les écouter. Ces femmes ont subi des traumatismes physiques et psychiques répétés, elles sont parfois en état de choc. Souvent elles n’ont encore rien dit à leur famille. Parler des violences subies les amène à une prise de conscience accrue de ce qu’elles vivent et du fait qu’elles ont besoin d’aide. Lorsqu’elles
racontent ce qu’elles ont subi, cela nous permet aussi d’évaluer le niveau de dangerosité du compagnon violent,
et de décider de la mise en place éventuelle d’une ordonnance de
protection.

Quelle est l’urgence à laquelle il faut répondre dans ces situations ?
C. : Nous essayons de leur redonner confiance dans leurs propres forces et dans leur capacité à s’en sortir.
Car ces femmes ont été tellement rabaissées qu’elles ont perdu leur autonomie. Et puis nous les orientons vers les professionnels qui pourront les aider. Pour se mettre à l’abri et obtenir une place en foyer d’hébergement pour elles et leurs enfants, les femmes doivent entamer des procédures pour porter plainte, demander une ordonnance de protection, divorcer. Nous les y aidons.

Comment faire pour lutter contre les violences faites aux femmes ?
C. : Nous intervenons dans les établissements scolaires pour promouvoir une éducation non sexiste et éveiller les jeunes sur ces questions. Pour faire reculer ces violences, ce sont les discriminations sexistes qu’il faut faire disparaître. Car ce sont les inégalités entre les femmes et les hommes qui génèrent la violence… Et surtout, il faut dire aux femmes qu’elles ne sont pas seules, qu’il existe, près de chez elles, des professionnel-le-s qui sont là pour les aider et qu’elles peuvent s’en sortir !

Propos recueillis par Judith Bregman

Femmes solidaires, 12, avenue édouard-Vaillant, 93000 Bobigny.
Tél. : 01 48 47 44 97.
Mail : femmes.solidaires93@wanadoo.fr
Permanences d’informations tous les lundis et jeudis de 15h à 17h30.

3919

Le numéro de téléphone de Violences Femmes Info destiné aux femmes victimes de violences et à leur entourage. Appel anonyme et gratuit 7 jours sur 7, de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedi, dimanche et jours fériés.

Comment dire stop !

La municipalité vient de publier un petit livret qui donne tous les informations utiles pour que les femmes et les enfants victimes de violences trouvent de l’aide.
Ce livret est traduit en mandarin, en arabe et en anglais.
« La loi vous protège, ne restez pas seule », explique ce document, qui expose clairement toutes les situations dans lesquelles on se retrouve victime de violences, parfois sans en prendre conscience.
Cette brochure, claire et facile à lire, rappelle aussi que, pour votre sécurité, vous avez le droit de quitter votre domicile, seule ou avec vos enfants. On y trouve les contacts pour des aides juridiques, sociales, psychologiques, les lieux où effectuer un examen médical et les numéros de téléphone qu’il faut appeler au moment des violences.
Par exemple, appeler police-secours au 17 (112 depuis un portable), les pompiers au 18 ou le service de mise en sécurité au 115.
Stop ! aux violences dans votre couple, à disposition dans les lieux publics de La Courneuve.

SPORT • CULTURE • LOISIRS Haut de page

Rollers et patins à glace
De Bambi à Panpan

Depuis septembre, de nombreux élèves de CE2 s’initient aux rollers, avant de s’exercer sur la patinoire éphémère de la mairie en décembre. Un Projet glisse qui permet aux « Bambis » maladroits de devenir des « Panpans » agiles sur la glace.

On n’a plus de Bambis ! » C’est par cette formule imagée que l’éducateur Nicolas Marchandise, coordonnateur du Projet glisse mené par le service municipal des sports et les écoles, résume les progrès accomplis par les enfants. On a tous en mémoire ce dessin animé de l’enfance dans lequel Bambi peine à rester sur ses pattes sur la glace, sous les quolibets du petit lapin Panpan, moqueur. Mais cet après-midi, tous les élèves de CE2 de Jules-Vallès, harnachés de casque, genouillères et coudières, virevoltent sur leurs rollers entre les plots plastique déposés au sol sur les terrains de tennis de Géo-André… Sans (presque) chuter !
Évidemment, certains sont plus à l’aise que d’autres. Et il y a encore quelques équilibres fragiles lors de certains exercices. Mais on voit que tous ont bien profité des sept séances d’initiation qui se sont déroulées au stade Géo-André. Ils pourront ainsi glisser facilement, début décembre, sur la patinoire en plein air installée près de la mairie. Les Panpans moqueurs en sont pour leurs frais : tous les enfants assurent.
Mieux : cet après-midi, leur éducateur du service des sports, Farid Djema, et leur enseignante, Imain Sekal, font passer les tests pour l’attribution de « diamants », sur le modèle des étoiles du ski. Les élèves sont tous concentrés. à l’issue d’un parcours technique imposé, ils s’en tirent avec les honneurs : huit enfants obtiennent trois diamants et dix en décrochent deux !

Huit classes
Mais il n’y a pas que les élèves de Jules-Vallès qui apprennent à glisser : sept autres classes de CE2 profitent cette année de onze séances d’une heure et demie (sept en rollers et quatre en patins à glace), animées par six éducateurs de la Ville. Les cours pratiques sont assortis d’un petit livret pédagogique que les élèves doivent remplir pour compléter leur formation. L’ensemble est évalué et participe à la note d’éducation physique et sportive du bulletin scolaire.
L’équipe municipale des sports porte ce Projet glisse auprès des écoles depuis 2010. Il permet aux enfants de pratiquer un sport difficilement accessible car coûteux, du fait notamment des accessoires nécessaires à la sécurité.
Si vous êtes un novice, un Bambi, n’hésitez pas à venir profiter de la patinoire installée sur le mail de l’Égalité en ce mois de décembre : sûr que les Panpans de l’année sauront vous donner de bons conseils !

Philippe Caro

Patinoire en décembre

La patinoire en plein air de La Courneuve sera inaugurée le 7 décembre, dans le cadre de Solid’air de fête, pour le Mois de la solidarité. Elle sera installée sur le mail de l’Égalité jusqu’au 8 janvier 2019.
Deux classes de CE2 ont été sélectionnées pour se produire lors de l’inauguration : la première récitera un poème de Paul Éluard, Liberté, tandis que la seconde réalisera une chorégraphie sur la glace.

Les diamants de la glisse

À l’issue de leurs séances en rollers et avant de passer sur la patinoire, les élèves sont évalués sur un parcours technique et obtiennent un, deux ou trois diamants selon leur niveau (débutant, intermédiaire, confirmé).
Le service municipal des sports va remettre à chacun un insigne : un pin’s (représentant un patin à glace), qu’ils arboreront sans doute lorsque vous les croiserez à la patinoire ! N’hésitez pas à les féliciter : il leur a fallu déployer beaucoup d’efforts pour obtenir cette distinction.

À VOTRE SERVICE Haut de page

Listes électorales
S’inscrire pour pouvoir voter

Pour pouvoir voter aux élections qui ont lieu en 2019 (notamment les élections européennes du 26 mai 2019), il faut être inscrit-e sur les listes électorales avant le 31 décembre 2018.
La démarche d’inscription est différente selon les situations.

Jeunes Français-e- de 18 ans.
Chaque Français-e (et vivant en France) qui devient majeur-e est inscrit-e automatiquement sur les listes électorales, à condition d’avoir effectué les démarches de recensement citoyen au moment de ses 16 ans. Si ce n’est pas le cas (déménagement, etc.), vous devez procéder à une inscription volontaire avant le 31 décembre.

Pour tous les autres cas, l’inscription sur les listes fait l’objet d’une démarche volontaire. Les conditions :
• être âgé-e d’au moins 18 ans la veille du premier tour de scrutin ;
• être de nationalité française (les citoyen-ne-s européen-ne-s peuvent s’inscrire sur les listes complémentaires pour participer aux élections municipales et européennes) ;
• jouir de ses droits civils et politiques.

Où s’inscrire ?
• à la mairie de La Courneuve ou à la mairie d’une commune dans laquelle on est assujetti aux impôts locaux depuis au moins cinq ans.
• Par Internet, en utilisant le téléservice : www.service-public.fr
Les pièces à présenter
• Au choix :  carte nationale d’identité, passeport, permis de chasser avec photographie, carte d’invalidité civile ou militaire avec photographie... (liste complète sur www.service-public.fr).

• Un justificatif de domicile. 
En cas de déménagement, contactez votre mairie d’origine pour savoir si vous figurez toujours sur les listes électorales. Le cas échéant, vous pouvez participer au scrutin, soit en vous rendant à votre ancien bureau de vote, soit en donnant procuration à un électeur de la commune.
Il faudra ensuite signaler votre changement d’adresse auprès de la mairie de votre nouveau domicile. La modification ne prendra effet que l’année suivante.

En cas de radiation, vous ne pouvez pas participer au scrutin. Vous devez vous inscrire à votre nouvelle adresse pour pouvoir voter aux élections qui se dérouleront les prochaines années.

Renseignements, démarches : pôle administratif Mécano, 3, mail de l’égalité / 58, avenue Gabriel-Péri.

État civil

Naissances
SEPTEMBRE
• 29 Luna Nouira •

OCTOBRE
• 26 Rokia Diawara • 27 Luka Jovanovic • 30 Théo Sun

NOVEMBRE
• 3 Loujaine Saïdi • 6 Chakib Abda • 9 Halima Saiful Khan • 9 Hamilton Kibanda • 13 Zakaria Khettou • 13 Yasmine Kherifi • 14 Mohamed Kone • 17 Ahmed Fettouche •

MARIAGES
• Xieshan Xue et Xiaomei Weng •

DÉCÈS
• Laala Toula • Yannick Duclos • Mohammed Khedir • Mario Di Mascio •

Numéros utiles

PHARMACIES DE GARDE
•  consulter monpharmacien-idf.fr

URGENCES
Pompiers : 18 • Police-secours : 17 • SAMU : 15

COMMISSARIAT DE POLICE
• Place Pommier-de-Bois
Tél. : 01 43 11 77 30

MÉDECINS DE GARDE
Urgences 93 • Tél. : 01 48 32 15 15

CENTRE ANTI-POISON
• Hôpital Fernand-Widal
200, rue du Faubourg Saint-Denis, Paris
Tél. : 01 40 05 48 48

COLLECTE DES DÉCHETS
Tél. : 0 800 074 904 (gratuit depuis un fixe).

ACCOMPAGNEMENT ET TRANSPORT DES PERSONNES AGÉES
Tél. : 01 71 89 66 15. Les mardis et vendredis.

MAIRIE Tél. : 01 49 92 60 00

PLAINE COMMUNE
• 21, avenue Jules-Rimet, 93218 Saint-Denis. Tél. : 01 55 93 55 55

Permanences des élus

• M. le maire, Gilles Poux, reçoit sur rendez-vous. Pour obtenir une entrevue, vous pouvez lui adresser un courrier à l’hôtel de ville ou lui écrire à l’adresse suivante : maire@ville-la-courneuve.fr
Pour obtenir un rendez-vous avec les élus, un formulaire à remplir est disponible à l’accueil de la mairie.

• Mme la députée, Marie-George Buffet reçoit le deuxième lundi du mois sur rendez-vous.
Tél. : 01 42 35 71 97

• M. le président du Conseil départemental, Stéphane Troussel reçoit chaque vendredi de 14h à 17h. Pour prendre rendez-vous, écrivez à l’adresse suivante : stephane.troussel@ville-la-courneuve.fr

Permanences des élus sans rendez-vous

Les permanences des élus de la municipalité ont repris à l’hôtel de ville et sont le mercredi et jeudi de 16h à 18h (inscription sur place entre 15h30 et 16h le jour même). Pas de permanence pendant les vacances scolaires.

Permanences de l'adil

Permanences d’information/conseil auprès des propriétaires et des locataires des logements privés (copropriété, contrat de location, charges impayées…). Consultation gratuite.
Centre administratif Mécano, 3, mail de l’Égalité.
RDV avec l’ADIL les deuxième et quatrième jeudis matins du mois, de 8h30 à 12h.
Contacter l’UT Habitat de La Courneuve.
Tél. : 01 71 86 37 71

Horaires de la médiathèque Aimé-Césaire

Mardis et jeudis, de 14h à 20h
Mercredis, vendredis et samedis, de 10h à 18h. Mail de l’égalité.

AGENDA Haut de page

À l'étoile



Tous les films du 16 au 29 novembre
1, allée du Progrès - Tramway Hôtel-de-ville. Tél. : 01 48 35 23 04

D Soirée découverte, tarif unique : 3 €.
J Film Jeune public
Prix : Tarif plein : 6 €, tarif réduit : 5 €,
tarif découverte D : 3  €, abonné adulte : 4 € , abonné jeune, groupes, associations : 2,50 €,
séance 3D : +1 €, tarif moins de 18 ans : 4 €.

Yéti & Compagnie
États-Unis, 2018, VF, 1h37. De Karey Kirkpatrick et Jason A. Reisig.
Sam. 1er à 14h, dim. 2 à 14h.

Coucou nous voilà !
D’après les albums de Stina Wirsén
Suède, 2011, 32 min. De Jessica Laurén.
Dim. 2 à 15h45.

En liberté !
France, 2018, 1h47. De Pierre Salvadori.
Ven. 30 à 12h D, sam. 1er à 16h, dim. 2 à 16h15, lun. 3 à 20h15 D, mar. 4 à 16h30.

Samouni Road
France, Italie, 2018, VO, 2h08. De Stefano Savona.
Ven. 30 à 16h30, lun. 3 à 18h.

Jusqu’à la garde
Dans le cadre de la Journée contre les violences faites aux femmes
France, 2018, 1h33. De Xavier Legrand.
Ven. 30 à 20h + Débat.

Halloween
États-Unis, 2018, VO/VF, 1h49. De David Gordon Green.
Ven. 30 à 18h45 (VF), sam. 1er à 20h (VO), dim. 2 à 18h (VO), mar. 4 à 18h30 (VF).

Halloween, la nuit des masques
États-Unis, 1979, VO, 1h31. De John Carpenter.
Sam. 1er à 18h.

Jean-Christophe & Winnie
États-Unis, 2018, VF, 1h43. De Marc Forster.
Mer. 5 à 14h, sam. 8 à 14h, dim. 9 à 11h, mardi 11 à 17h.

Ta mort en short(s)
6 courts métrages de 6 réalisateurs différents
France, 2018, 54min. Mer. 5 à 15h45, sam. 8 à 15h45, dim. 9 à 14h.

Un homme pressé
France, 2018, 1h40. De Hervé Mimran.
Mer. 5 à 16h45, ven. 7 à 12h D et à 18h45, sam. 8 à 20h30, dim. 9 à 18h30, lun. 10 à 16h30.

Heureux comme Lazzaro
Italie, 2018, VO, 2h06. D’Alice Rohrwacher.
Mer. 5 à 18h30, ven. 7 à 16h30, sam. 8
à 16h45, lun. 10 à 20h D, mar. 11 à 19h.

Wine Calling – Le vin se lève
France, 2018, 1h35. De Bruno Sauvard.
Ven. 7 à 20h30 + dégustation, sam. 8 à 19h, lun. 10 à 18h30.

Il était une fois dans l’Ouest
Carte blanche aux amis de L’Étoile
Italie/États-Unis, 1969, VO, 2h55. De Sergio Leone.
Dim. 9 à 15h + échange et pot amical.

The Kid
États-Unis, 1921, 0h50. De Charles Chaplin.
Mer. 12 à 14h. + débat

La Grande Aventure de Non-Non
France, 2018, 40 min + bonus surprise (7 min).
De Matthieu Auvray.
Mer. 12 à 16h.

Chacun pour tous
France, 2018, 1h34. De Vianney Lebasque.
Mer. 12 à 17h.

Cold War
Pologne, 2018, VO, 1h28. De Pawel Pawlikowski.
Mer. 12 à 18h45.

Agenda

Solid'air de Fête du 7 décembre au 8 janvier 2019

7 et 8 décembre
Téléthon La courneuve fleurie

L’association La Courneuve Fleurie, en partenariat avec l’Office municipal des sports (OMS), organise un loto au profit du Téléthon.
Salle Philippe-Roux, 58, rue de la Convention, le 8 décembre à 10h à 17h.
3 euros le carton.
L’association vendra également des jacinthes, des cyclamens, des roses de Noël à cette occasion.
Les 7 et 8 décembre, de 9h à 17h.

7 décembre
Concert Le bal de l’Afrique enchantée

Centre culturel Jean-Houdremont, à 20h30.

7, 14 et 21 décembre en soirée
SOLIDARITé Maraudes

Au départ de la patinoire, distribution de repas et de boissons chaudes aux personnes dans le besoin.
Patinoire, à 19h.

8 décembre
Téléthon vente de gâteaux et spectacle

Vente de gâteaux, stade Géo-André, 14h à 18h . Spectacle des associations sportives au gymnase El-Ouafi, de 14h à 18h.

CINé-DéJ L’homme pressé
Un film d’Hervé Mimran.
Cinéma L’étoile, à 12h.

RENCONTRE Repas de fin d’année
Maison pour tous Youri-Gagarine, de 19h30 à minuit.

du 11 au 14 décembre
SENIORS Remise des cadeaux

11 décembre à la MPT Cesária-Évora.
12 décembre à la MPT Youri-Gagarine.
13 décembre à la Maison Marcel-Paul.
14 décembre au centre culturel Houdremont.

11 décembre
EMPLOI Forum du bâtiment

Hôtel de ville, de 9h30 à 13h.
Lire pages 6-7.

12 décembre
SANTé Forum Santé

Médecins, infirmier-ère-s, pompiers vous attendent pour répondre à toutes vos questions.
Hôtel de Ville, salle des fêtes, de 10h à 18h.

VILLE MONDE Débat sur les droits des enfants réfugiés
Maison de la citoyenneté, à 14h30.

12 et 19 décembre
citoyenneté Les goûters solidaires

Patinoire, de 16h30 à 19h.

CONVIVIALITé Repas de fin d’année
Maison de la citoyenneté, à 12h.

RéCOMPENSEs Mises à l’honneur
Pour les Courneuvien-ne-s qui œuvrent
au vivre ensemble et à la solidarité.
Gymnase El-Ouafi, à 18h30.

15 décembre
cérémonie Les lauréats

Cinéma L’étoile, à 14h.

16 décembre
BRADERIE ventes solidaires

par le Secours populaire
Patinoire.

17 décembre
SENIORS Thé dansant

Maison Marcel-Paul, à 14h30.

19 décembre
NUMéRIQUE Forum d’accès

aux droits numériques
Hôtel de ville, dans la salle des Pas perdus, et la salle des mariages, de 10h à 17h.

19 décembre
spectacle Un cadeau pour le Père Noël

Deux représentations sont prévues :
- Pour les enfants du relais petite enfance.
Salle des fêtes de l’hôtel de ville, à 10h.
- Pour les enfants de la halte-jeux municipale et la crèche familiale.
Maison pour tous Youri-Gagarine, à 18h.

SPORT Portes Ouvertes de l’EMEPS
Gymnases Béatrice-Hess et Anatole-France,
de 14h à 17h.

20 décembre
éGALITé Promotion des filières et métiers peu féminisés

Rencontre avec des femmes qui exercent des métiers peu féminisés.
Salle des conférences, de 9h à 12h.

23 décembre
distribution père noël vert

Le Père Noël du Secours populaire français fait une halte à La Courneuve.
Patinoire, à partir de 15h.

6 janvier
Tombola nombreux lots
Patinoire, à 16h.

8 janvier
CLôTURE VŒUX DU MAIRE
Patinoire à 18h.