Ecoutez le texte

REGARDS Le journal de La Courneuve l N°510
du jeudi 7 au 20 février 2019

ARRÊT SUR IMAGES

À MON AVIS

L'ÉVÉNEMENT DE LA QUINZAINE

L'ACTUALITÉ

DOSSIER

À VOTRE SERVICE

AGENDA

UN CERTAIN REGARD

ARRÊT SUR IMAGES Haut de page

Marcel-Paul en chansons

« Paroles et paroles et paroles… » Avec la célèbre chanson de Dalida, mais aussi avec d’autres titres de Bernard Lavilliers ou Julien Clerc, par exemple, les seniors de la maison Marcel-Paul ont partagé tous ensemble leur plaisir du refrain lors d’un après-midi karaoké.
Le prochain est programmé le vendredi 8 mars à partir de 14 heures.

Maison Marcel-Paul,
77, avenue de la République.
Tél. : 01 43 11 80 62/63.

Ô les cerceaux !

Le jeune public du théâtre Houdremont a ouvert des yeux ronds… comme des cerceaux le 31 janvier dernier avec Monsieur Ô, un virtuose qui transforme le hula-hoop des cours de récréation en un véritable art du jonglage joyeux et dansé.

La galette des Quatre-Routes

Ils venus nombreux, les grands et les petits, pour déguster un conte… et la galette, le 23 janvier à l’espace jeunesse Guy-Môquet.

Les flocons de Gabriel

Une tempête au nom d’ange a recouvert La Courneuve d’un blanc manteau dans la nuit du 29 janvier. Comme lors de l’épisode neigeux précédent, quelques jours auparavant, les équipes de Plaine Commune avaient anticipé avec des salages préventifs de la voie publique et la protection des accès des bâtiments publics.
Allo Agglo, pour toutes les questions liées à l’espace public : 0 800 074 904.

À MON AVIS Haut de page

Les solutions viendront du peuple

Ces derniers jours, nous avons vécu dans notre ville ce que l’on peut appeler un vrai élan de générosité. Pendant la période de grand froid, des bénévoles et des employé-e-s municipaux-ales se sont mobilisé-e-s tous les soirs pour accueillir les personnes sans-abri au gymnase El-Ouafi.
À quelques kilomètres, dans le xvie arrondissement, des habitant-e-s bien plus privilégié-e-s empêchaient la réquisition d’un gymnase…

Avec ce raccourci, tout est dit sur l’égoïsme de celles et ceux qui sont les plus aisé-e-s. Oui, ceux qui ont tout, ceux qui, pour accumuler des richesses qu’on ne peut même pas imaginer, pillent notre planète, exploitent sans vergogne le travail des hommes et des femmes, et même des enfants, sur tous les continents…

Ceux-là ne sont pas solidaires. Au contraire, ils tuent l’espoir, ils tuent l’avenir en privant les citoyennes et les citoyens des moyens nécessaires à leur émancipation, c’est-à-dire une école de qualité, le droit à la santé, la mise en œuvre d’une transition écologique constructive…

« C’est bien ce type d’engagement, de valeurs, fondés sur l’entraide, qui doit nous inspirer pour repenser notre modèle de société. »

Alors oui, l’esprit de solidarité des Courneuvien-ne-s me fait toujours aussi chaud au cœur. Je suis fier d’être le maire de femmes et d’hommes qui redonnent tout son sens au mot « fraternité » ! C’est bien ce type d’engagement, de valeurs, fondés sur l’entraide, l’humain, qui doit nous inspirer pour repenser notre modèle de société.

Voici peut-être le type de message que nous devrions adresser au Président, qui nous propose un « grand débat national ». Peut-être faut-il lui dire que son projet politique basé sur la croyance que les plus riches tireront la société vers le haut est dépassé, que les solutions viendront du peuple, solidaire, et de l’intelligence collective. 

Gilles Poux, maire

L'ÉVÉNEMENT DE LA QUINZAINE Haut de page

Plan Grand Froid
Ensemble contre la misère

Afin de protéger les plus démuni-e-s du grand froid, la municipalité de La Courneuve a ouvert les portes du gymnase El-Ouafi. Des bénévoles se sont relayé-e-s pour leur assurer un couchage, un repas chaud et des vêtements hivernaux.

Àpeine sortis du travail, les voilà qui s’activent au gymnase : Corinne, Ahmed, Abdel, Karim et Farès se dépêchent de monter les lits et d’installer les tables. Pendant ce temps, Benoît, Jordan et Philippe font l’inventaire du côté des boissons chaudes. La plupart d’entre eux ont veillé la nuit dernière et s’apprêtent à recommencer : « C’est épuisant mais on ne peut pas se plaindre quand on voit ce que certains subissent ! Face à ces familles qui vivent dehors avec des enfants en bas âge, je ne m’autorise pas à être fatiguée », soutient Corinne, retraitée et bénévole depuis plusieurs années. En plus des permanences au Secours populaire qu’elle assure deux fois par semaine, elle est là tous les soirs depuis le début du plan Grand Froid, déclenché par la préfecture de la Seine-Saint-Denis. « Ce n’est pas normal qu’encore aujourd’hui des gens soient contraints de dormir dehors ! Hiver comme été, ces personnes devraient avoir un toit », déplore la Courneuvienne.

« En France, la misère a plusieurs facettes »

Vers 19 heures, les premières personnes se présentent. Farès et Philippe les accueillent et engagent un premier contact. Après avoir transmis quelques informations (nom, prénom, nationalité…), les bénévoles leur offrent encas et boissons chaudes en attendant le dîner.
Les denrées proviennent surtout de la municipalité – qui a décidé d’ouvrir le gymnase au-delà du plan Grand Froid–, mais aussi de dons des habitant-e-s. « La Courneuve est une ville où les gens s’entraident. Dès que l’on fait des appels sur les réseaux sociaux, nous avons des retours de personnes qui veulent donner des vêtements, des conserves ou même des plats qu’elles font elles-mêmes. Heureusement qu’il existe encore une solidarité ! En France, la misère a plusieurs facettes. Le truc, c’est qu’on ne veut voir que ce qui nous arrange. Oui, en 2019, il y a des familles qui sont contraintes de dormir dans un parking alors que le père travaille ! », développe Farès.

811 000 le nombre de personnes qui n’ont pas de domicile personnel en France.
(selon un rapport publié en décembre 2018 par l’Observatoire des inégalités, un organisme indépendant).


Son camarade Jordan, étudiant et membre de la Fédération française de sauvetage et de secourisme (FFSS), termine l’installation de l’espace dortoir. Pour lui, s’investir au service des autres a toujours été une évidence : « Je suis originaire de Guyane et, là-bas, être pauvre, c’est une honte. On considère que quelqu’un qui n’a pas assez d’argent pour subvenir à ses besoins est un moins-que-rien. Cette vision des choses m’a toujours révolté, car dans la vie, il arrive toujours des imprévus ! On peut perdre son travail, tomber malade…

« Pas seulement accueillir mais aussi accompagner »

Il faut savoir se relever, mais cela n’empêche pas de recevoir un coup de pouce de la part des autres citoyens ! » Au fur et à mesure de la soirée, le gymnase se remplit. On y voit des hommes seuls, des personnes âgées, mais aussi des familles avec de jeunes enfants. La plupart ont pris connaissance du refuge via les maraudes organisées cet hiver par les Courneuvien-ne-s. Philippe, responsable de la FFSS, insiste sur l’importance du lien de confiance : « Il ne s’agit pas seulement d’accueillir, mais aussi d’accompagner. On ne fait pas que de la distribution ! Nous sommes là pour aider les personnes à rebondir, en les redirigeant vers des structures susceptibles de les aider, comme le Centre municipal de santé de La Courneuve. Toutes les villes ne mettent pas à disposition des structures pour accueillir les personnes le plus en difficulté. Il faut donc prendre un maximum d’informations pour les aiguiller au mieux. » Chaque épisode de grand froid met en lumière la fraternité à l’œuvre au sein de la ville, qu’elle vienne des habitant-e-s ou des employé-e-s communaux-ales. Face à la saturation du numéro d’urgence sociale (le 115, lire ci-dessous), le plan Grand Froid reste une solution précaire, avec des moyens mis à disposition en fonction… du thermomètre !

Célia Houdremont

Le 115 est à la rue

« Le principe de la solidarité n’est pas juste un bon sentiment à La Courneuve : dès le déclenchement du plan Grand Froid, des agents municipaux – dans des fonctions et des responsabilités diverses – s’impliquent et sont capables en quelques heures d’organiser un accueil d’urgence dans un gymnase, sans problème, explique Anthony Giunta, le directeur général des services municipaux.
Je suis fier de travailler dans une collectivité et auprès d’habitants qui s’engagent à ce point pour concrétiser des valeurs humanistes. »
En revanche, note-t-il, « cela montre une fois encore à quel point l’État, qui est en charge de l’hébergement d’urgence,
n’assume dramatiquement pas son devoir ».
En Seine-Saint-Denis, le Samu social ne parvient plus à faire face aux besoins. En février 2018, les agent-e-s du 115 de Seine-Saint-Denis (qui reçoit des milliers d’appels quotidiens) se sont mis-es en grève pour dénoncer les défaillances d’un système qui les contraint à annoncer chaque jour à des familles qu’elles devront passer la nuit dehors. En septembre 2018, Interlogement93 (l’association qui gère le 115) lançait un cri d’alarme sur les « bébés sans-abri » (et leurs mères) pour lesquels, faute de lits ou d’hébergements adaptés, le 115 ne peut trouver de solution.

En bref
Cesária-évora
Amenez vos idées


Le comité de maison de la MPT Cesária-évora se tient le samedi 9 février de 10h à 13h. Comment et qui peut proposer des idées, des projets ? Comment et où trouver l’information ? Comment et avec qui s’engager pour agir et améliorer le quotidien ? Qui décide des projets menés avec la Maison pour tous ? Le comité de maison permet d’en décider collectivement et de mettre en place une organisation permettant au plus grand nombre de participer.
Samedi 9 février de 10h à 13h, Maison pour tous Cesária-évora, 55, avenue Henri-Barbusse.
Tél. : 01 71 89 66 00.
Mail : maisonpourtous.evora@ville-la-courneuve.fr

Sports
La brocante du Basket club

Le Basket club courneuvien organise une brocante de vêtements le dimanche 17 février, au profit des projets de l’école de basket.
Dimanche 17 février de 9h à 13h, gymnase Antonin-Magne, 34, rue Suzanne-Masson.

Jeunes
Des vacances sportives

Le service municipal des sports offre une palette d’activités sportives aux jeunes de 10 à 17 ans pendant les vacances d’hiver (du 25 février au
8 mars). Stage de basket en anglais, séances de multi-activités, stages de remise en forme, d’escalade, de futsal (pour les filles), de la lutte, de la boxe, du badminton, des parcours aquatiques en piscine et même une initiation aux premiers secours : il y en a pour tous les goûts. Il suffit de s’inscrire au préalable au service des sports.
Renseignements, inscriptions : Service des sports, 57, avenue du Général-Schramm.
Tél. : 01 49 92 60 80 ou 07 85 86 57 65 ou 06 46 84 43 60.

DOSSIER Haut de page

Les couleurs neuves du marché

Mardi 5 février, les Courneuvien-ne-s ont découvert la nouvelle halle de l’îlot du Marché des Quatre-Routes. Une étape importante pour ce quartier, qui renoue petit à petit avec sa vocation de cœur historique de la ville. Visite en images de ce marché haut en couleurs. 
Photos : Léa Desjours

À 6h30 pétantes, les commerçant-e-s terminent d’installer leur stand. La plupart sont ravi-e-s de ce nouveau lieu de travail, « bien plus agréable » que l’ancien. « Jusque-là, nous étions sur du provisoire. On était tous entassés sous une bâche, ça allait dans tous les sens et on subissait les intempéries. S’il pleuvait, personne n’avait envie de venir ! Là, ça n’a plus rien à voir », s’exclame Sidhoum, commerçant boucher.

Son collègue Mehdi acquiesce : « C’est beaucoup plus gratifiant pour nous de travailler là. Avant, les gens allaient au plus vite ! Ils achetaient leurs fruits et légumes mais ne s’attardaient pas du côté des viandes et poissons. Grâce aux travaux, nous sommes tous réunis à l’intérieur et plus accessibles. »

« De l’espace pour circuler »

Quelques pas plus loin trône la buvette du marché. Dahlan, son heureux gestionnaire, ne tarit pas d’éloges : « Enfin un vrai marché ! Nous venons d’ouvrir, c’est donc difficile d’avoir du recul mais, pour nous, c’est déjà une réussite. Même pour les Courneuviens, c’est bien plus convivial ! Le marché n’est plus une corvée puisqu’on y retrouve des amis et qu’on peut prendre un café tranquillement. » Pour lui, ces nouveaux locaux sont « un vrai bol d’air pour les Quatre-Routes ».

3 000 mètres carrés : la superficie de la grande halle.

Quelques heures plus tard, les premier-ère-s habitant-e-s sont sur place, à la recherche de leurs commerçants favoris. « Même si j’ai encore du mal à retrouver mon vendeur de légumes, je préfère largement faire mes commissions ici. Plus besoin de se battre pour circuler sur les trottoirs ! J’espère que ça va rester propre et que cela ne va pas se dégrader », soutient Madeleine, habitante des Quatre-Routes depuis plus de trente ans.
Pour cette Courneuvienne qui a le sentiment que le quartier s’est dégradé au fil des années, il était temps de prendre les choses en main : « Je serais heureuse de voir ce secteur redevenir aussi dynamique qu’avant ! Avec des petits commerces, une vie de quartier… J’attends de ce marché qu’il donne une nouvelle impulsion. Il faut attendre de voir l’évolution sur le long terme, mais c’est un bon début », déclare-t-elle. Aujourd’hui, le marché des Quatre-Routes a retrouvé son emplacement historique. Les halles forment un ensemble neuf avec la Boutique de quartier (une antenne de la mairie), une nouvelle brasserie et de nouvelles habitations. Face aux problèmes persistants d’incivilités et de vendeurs à la sauvette, cette réhabilitation marque un tournant : c’est maintenant aux habitant-e-s de se réapproprier l’espace.

Célia Houdremont

 

L'ACTUALITÉ Haut de page

Grand débat national
Des cahiers de doléances à disposition

Dans le cadre du grand débat national engagé jusqu’au 15 mars par le gouvernement dans la foulée du mouvement des Gilets jaunes, la municipalité de La Courneuve ouvre des cahiers de doléances à toutes et tous, et met à disposition la salle de réunion de l’hôtel de ville le mardi 26 février à partir de 18h30 pour un débat. « Sans illusion, nous voulons donner aux Courneuvien-ne-s la possibilité de s’exprimer, commente la municipalité. Nous vous proposons d’écrire vos “doléances”, vos propositions, et de poser au président les questions qui sont les vôtres, même si elles dérangent. Car, pour répondre au formidable mouvement social en cours, nous ne voulons pas moins de services publics, nous ne voulons pas des miettes... La municipalité pense que le gouvernement doit prendre l’argent où il est. ISF : 4,5 milliards ; CICE : 22 milliards pour les actionnaires ; évasion fiscale : 100 milliards... Alors : chiche ! »

Où trouver un cahier de doléances

• Maison de la citoyenneté. 33, avenue Gabriel-Péri.
• Maison pour tous Cesária-Évora. 55, avenue Henri-Barbusse.
• Maison pour tous Youri-Gagarine. 56, rue Anatole-France.
• Pôle administratif Mécano. 3, mail de l’Égalité – 58, avenue Gabriel-Péri.
• Centre municipal Salvador-Allende. 2, mail de l’Égalité.
• Mairie. Avenue de la République.
• Maison Marcel-Paul. 77, avenue de la République.
• Espace jeunesse La Tour. Centre commercial La Tour.
Ces cahiers de doléances seront transmis au gouvernement à partir du 15 mars. Vous pouvez également vous exprimer ou déclarer une réunion sur le site consacré à cette démarche : granddebat.fr

Quatre-Routes
Les trafics dans la rue, ça suffit !

régulièrement, semaine après semaine, des élu-e-s, des commerçant-e-s, des habitant-e-s se retrouvent aux Quatre-Routes pour informer les riverain-e-s de leur combat contre les trafics sur la voie publique. Depuis le début de la mobilisation, en décembre, des améliorations ont pu être constatées. Les habitant-e-s sont ravi-e-s de cette initiative, qui montre la volonté de la municipalité de changer les choses. En 2018, 172 personnes, soit deux fois plus qu’en 2017, ont été interpellées. De plus, les saisies de cigarettes de contrebande sont dorénavant détruites. Il y a quelques jours, 400 cartouches ont été saisies, ainsi qu’un millier de cartes téléphoniques et des médicaments, à partir de la surveillance effectuée aux Quatre-Routes. Et le maire a demandé au préfet qu’un car de CRS soit déployé sur le rond-point.

Boutique EDF
La ZAD des services publics

L’électricité, c’est la vie », affirme l’un des militants du syndicat CGT énergie 93 qui occupent et accueillent le public dans la boutique fermée brutalement par la direction d’EDF cet automne. Une opération débutée le 14 novembre dernier pour dénoncer la casse des services publics au prétexte de la dématérialisation des relations avec les usagers, présentée comme plus moderne et surtout… plus rentable.

Dans la jungle numérique

De fait, les militant-e-s et les syndicalistes ont accueilli plusieurs centaines d’usagers perdus dans la jungle numérique depuis que EDF a fermé cette boutique, la dernière qui était encore en service en France. Problèmes de factures, de paiement, ouvertures de lignes… : « On voit comment les gens, notamment ceux qui ne maîtrisent pas bien le français, ceux qui ne sont pas des champions du pianotage sur écrans informatiques, galèrent gravement avec la disparition des services publics de proximité », explique Romain Rassouw, de la CGT.
Le coup de force de la direction, qui a fait évacuer les équipements le 10 janvier dernier, n’a pas suffi à couper le courant de la mobilisation : installé-e-s avec du mobilier de fortune, les militant-e-s persistent à maintenir l’ouverture sauvage du lieu. Ils-Elles sont soutenu-e-s notamment par la députée Marie-George Buffet et par Gilles Poux, maire de
La Courneuve, qui a déclaré la boutique EDF « ZAD des services publics », et qui appelle la population à rejoindre la mobilisation.
Une ZAD, c’est une « zone à défendre » : premier rendez-vous public fixé, le prochain comité de voisinage du centre-ville – qui va notamment discuter du cinéma municipal et des équipements
culturels – va se tenir dans cette boutique,
le jeudi 21 février à partir de 18h30.

Boutique EDF, 27, rue de la Convention.

Conférence
Thomas Porcher, de Jacques-Brel à la place publique

Ancien élève de Jacques-Brel, l’économiste Thomas Porcher est revenu sur les bancs du lycée le temps d’une conférence en direction des premières et des terminales ES, sur les thèmes de la justice sociale et de la justice fiscale. L’occasion aussi de revenir sur son parcours et de rappeler que « c’est une richesse de venir du 93 ».

Les élèves s’installent, écoutent attentivement pendant que Thomas Porcher, économiste membre des économistes atterrés, cofondateur du mouvement Place publique, docteur à la Sorbonne et professeur d’économie, parle services publics, impôts, relance économique. « Quitter la zone euro et revenir à la Banque de France, une solution ? » « Quels sont les leviers de l’État contre la fraude fiscale ? » « Est-ce que le gouvernement en place pourra gérer la crise des Gilets jaunes ? »

Un point de vue alternatif
Après une quarantaine de minutes d’exposé, place aux questions-réponses. L’économiste ne manque pas de s’attarder sur l’importance du service public « qui m’a permis d’être là où j’en suis ». Le groupe de lycéen-ne-s profite de cette figure d’expert pour lire l’actualité et le système économique actuel d’un point de vue alternatif.
« On vit dans une époque où les gens galèrent, même avec un salaire décent. C’est qu’il y a clairement un problème dans notre schéma économique. Cette conférence m’a permis de voir les choses sous un autre angle », conclut Destiny en terminale ES.
Initiée par l’équipe encadrante – par le biais d’un tweet en direction du 38e économiste le plus suivi de la twittosphère ! –, cette rencontre est une formidable occasion d’avoir en son sein un des plus éminents économistes d’aujourd’hui, « un modèle auquel les jeunes peuvent s’identifier », confie une enseignante encadrante.
Thomas Porcher termine son propos en revenant sur son expérience scolaire en Seine-Saint-Denis : « Sans nier les
barrières sociales et financières, la barrière symbolique y est aussi pour beaucoup dans l’échec. Il y a un enseignement de qualité dans le 93, il ne faut pas avoir de complexes. »

Natacha Lin

Jeunesse
L’anglais comme un jeu

Depuis le 18 janvier, des cours de théâtre en anglais sont proposés aux jeunes par l’association
Arts nomades et la municipalité.

Vendredi 1er février, dans la salle Mentor de l’espace jeunesse Guy-Môquet, les participant-e-s suivent les consignes de Raquel Meneses, metteure en scène, et Souad Acherchour, intervenante pendant les ateliers d’aide aux devoirs de l’espace jeunesse La Tour. « On va marcher dans toute la pièce, le buste droit, sans les mains dans les poches. Si vous ne comprenez pas un mot en anglais, vous demandez : “What does it mean or what is this word ?” (Qu’est-ce que ça veut dire ou quel est ce mot ?) », explique Raquel. Tout le monde joue le jeu. Les jeunes semblent se plaire à cet atelier. « Now say hello with an emotion (Dites bonjour avec une émotion !) » La joie, la tristesse, la peur, la colère, l’excitation, tout y passe et le résultat est parfois hilarant. « C’est une manière intéressante et ludique d’apprendre l’anglais. Non seulement ils devraient renforcer leur vocabulaire, mais aussi prendre de l’assurance pour s’exprimer en société, note Raquel. Avec Souad et Nicolas, les deux intervenant-e-s en langues qui m’accompagnent, on insiste sur l’articulation, le placement de la voix, la posture. » Cet atelier a été créé au départ pour les jeunes présent-e-s aux séances d’aide aux devoirs. Mais dès le lancement de ces cours de théâtre en anglais, d’autres jeunes ont été intéressé-e-s par l’initiative. Aujourd’hui, tout le monde peut s’y inscrire. D’ailleurs, pour le moment, l’âge des participant-e-s s’étend de 10 à 21 ans. Au fur et à mesure des séances, les acteur-rice-s en herbe vont jouer des sketchs, apprendre des chansons. « Pour le moment, on essaie surtout de voir quel est leur niveau. On révise l’alphabet, les chiffres, on débute par des chansons simples, comme Imagine de John Lennon. » Ambre, 13 ans, s’est inscrite pour « mieux parler anglais. L’enseignement au collège n’est pas suffisant. En plus, ici, il y a une bonne ambiance. C’est quand même mieux d’apprendre comme ça qu’assis à une table devant un cahier ! »

Hocine, 10 ans, est venu avec son frère Ismaël, 15 ans : « Dans mon école, on ne fait pas d’anglais. J’ai très envie d’apprendre, et d’être avec mon frère aussi ! » Farah, 17 ans, et Rim, 18 ans, ont découvert l’atelier complètement par hasard. Elles fréquentent habituellement Guy-Môquet pour jouer du piano et s’entraîner au chant. « Mais quand on a su qu’il y avait un atelier de théâtre en anglais, on a voulu essayer. Et c’est plutôt marrant, on reviendra sûrement. » Raquel, Souad et Nicolas invitent les jeunes à s’inscrire. Il est encore temps… Let’s go!

Isabelle Meurisse
Inscriptions au Point information jeunesse,
rue du Général-Schramm, 01 49 92 65 46, ou à Guy-Môquet, avenue Paul-Vaillant-Couturier, 01 48 36 24 07.

À VOTRE SERVICE Haut de page

Hommage à Alain Naouennec

Monsieur Alain Naouennec est décédé le 26 janvier dernier, à l’âge de 54 ans. Educateur à la fondation Jeunesse Feu Vert, mobilisé sur des engagements syndicaux et militants, « beaucoup de Courneuviennes et de Courneuviens le connaissaient et l’appréciaient », comme l’a souligné Gilles Poux, le maire de La Courneuve, dans un message de sympathie.
Une soirée d’hommage est organisée le mercredi 13 février de 17 à 19 heures à la Maison de la citoyenneté (33, avenue Gabriel-Péri), avec prises de parole et partage d’un verre de l’amitié (renseignements sur irpcgt.feuvertprev93@lapose.net ou en appelant Kamel au 06 79 58 50 85). Nous présentons nos sincères condoléances à sa famille, ses ami-e-s et ses collègues.

État civil

Naissance
JANVIER

• 1 Diana Siwek • 2 Haroun Lihiouel • 3 Saïsha Sithinathan • 5 Lisa Loudadji • 6 Marwane Moussa • 6 Dimitri Annylus • 8 Alice Oussalem • 8 Elyas Boudghaghene • 9 Yousaf Akram • 10 Amira Sadouni • 10 Djibril Diaby • 11 Haroun Kaddouri • 11 Amelia Minza • 12 Naïm Barry • 13 Maria Targui • 14 Camilia Chahbouni • 15 Kerim Erdogan • 17 Younous Boughrara •

MARIAGES
• Perakash Panchalingam et Nittila Nithyyakumar • Youssouf Abdraman Hamid et Samira Kali Gaad Moussa •

Festival Ciné junior

13 février
Courts-métrages

Projection d’une série de courts-métrages autour d’aventures spatiales, de planètes fantastiques et de vies extraterrestres, suivie d’une discussion…
Cinéma L’étoile, à 14h.
Tarif : 3€.

16 février
goûter

Projection de l’indémodable E.T., l’extraterrestre, de Steven Spielberg.
Cinéma L’étoile, à 14h.

17 février
Retour vers le futur

Projection du film culte de Robert Zemeckis, suivie d’un goûter.
Cinéma L’étoile, à 14h.

20 février
créatures fantastiques

Projection de courts-métrages sans dialogues sur le thème de petits êtres venus d’ailleurs qui se cachent un peu partout…
Cinéma L’étoile, à 10h.

20 février
Science-fiction

Projection de L’Homme qui rétrécit
de Jack Arnold, suivie d’un atelier en salle sur les premiers effets spéciaux.
Cinéma L’étoile, à 14h.

23 février
Abracadabra !

Courts-métrages d’animation autour des apparitions, disparitions et métamorphoses d’un coup de baguette magique, précédés d’un petit déjeuner…
Cinéma L’étoile, à 11h.

Collecte des déchets

Tél. : 0 800 074 904 (numéro vert  : appel gratuit depuis un poste fixe).
En ligne sur : plainecommune.fr/au-quotidien/signaler-un-incident

Numéros utiles

PHARMACIES DE GARDE
•  consulter monpharmacien-idf.fr

URGENCES
Pompiers : 18 • Police-secours : 17 • SAMU : 15

COMMISSARIAT DE POLICE
• Place Pommier-de-Bois
Tél. : 01 43 11 77 30

MÉDECINS DE GARDE
Urgences 93 • Tél. : 01 48 32 15 15

CENTRE ANTI-POISON
• Hôpital Fernand-Widal
200, rue du Faubourg Saint-Denis, Paris
Tél. : 01 40 05 48 48

COLLECTE DES DÉCHETS
Tél. : 0 800 074 904 (gratuit depuis un fixe).

ACCOMPAGNEMENT ET TRANSPORT DES PERSONNES AGÉES
Tél. : 01 71 89 66 15. Les mardis et vendredis.

MAIRIE Tél. : 01 49 92 60 00

PLAINE COMMUNE
• 21, avenue Jules-Rimet, 93218 Saint-Denis. Tél. : 01 55 93 55 55

Permanences des élus

• M. le maire, Gilles Poux, reçoit sur rendez-vous. Pour obtenir une entrevue, vous pouvez lui adresser un courrier à l’hôtel de ville ou lui écrire à l’adresse suivante : maire@ville-la-courneuve.fr
Pour obtenir un rendez-vous avec les élus, un formulaire à remplir est disponible à l’accueil de la mairie.

• Mme la députée, Marie-George Buffet reçoit le deuxième lundi du mois sur rendez-vous.
Tél. : 01 42 35 71 97

• M. le président du Conseil départemental, Stéphane Troussel reçoit chaque vendredi de 14h à 17h. Pour prendre rendez-vous, écrivez à l’adresse suivante : stephane.troussel@ville-la-courneuve.fr

Permanences des élus sans rendez-vous

Les permanences des élus de la municipalité ont repris à l’hôtel de ville et sont le mercredi et jeudi de 16h à 18h (inscription sur place entre 15h30 et 16h le jour même). Pas de permanence pendant les vacances scolaires.

Permanences de l'adil

Permanences d’information/conseil auprès des propriétaires et des locataires des logements privés (copropriété, contrat de location, charges impayées…). Consultation gratuite.
Centre administratif Mécano, 3, mail de l’Égalité.
RDV avec l’ADIL les deuxième et quatrième jeudis matins du mois, de 8h30 à 12h.
Contacter l’UT Habitat de La Courneuve.
Tél. : 01 71 86 37 71

Horaires de la médiathèque Aimé-Césaire

Mardis et jeudis, de 14h à 20h
Mercredis, vendredis et samedis, de 10h à 18h. Mail de l’égalité.

AGENDA Haut de page

À l'étoile



Tous les films du 16 au 29 novembre
1, allée du Progrès - Tramway Hôtel-de-ville. Tél. : 01 48 35 23 04

D Soirée découverte, tarif unique : 3 €.
J Film Jeune public
Prix : Tarif plein : 6 €, tarif réduit : 5 €,
tarif découverte D : 3  €, abonné adulte : 4 € , abonné jeune, groupes, associations : 2,50 €,
séance 3D : +1 €, tarif moins de 18 ans : 4 €.

Impression de montagne et d’eau
Chine, 1981-1988, VF, 45 minutes. De Hu Jinqing, Zhou Keqin, Te Wei.
Sam. 9 à 14h, dim. 10 à 14h.
Dès 5 ans et accessible avec le pass Sortir
en famille.

Le Retour de Mary Poppins
États-Unis, VF, 2h11. De Rob Marshall.
Ven. 8 à 18h, sam. 9 à 15h, dim. 10 à 15h.
Dès 6 ans et accessible avec le pass Sortir
en famille.

Premières vacances
France, 2018, 1h42. De Patrick Cassir.
Ven. 8 à 12h D, sam. 9 à 20h, dim. 10 à 17h15, lun. 11 à 18h.

Qui a tué Lady Winsley ?
Turquie/France/Belgique, VO, 1h30. De Hiner Saleem.
Ven. 8 à 16h30, sam. 9 à 18h30, lun. 11
à 20h D.

Have a Nice Day
Chine, 2018, VO, 1h17. De Liu Jian.
Ven. 8 à 20h15, sam. 9 à 17h15, dim. 10 à 19h, lun. 11 à 16h30.

Yao
France, 2018, 1h43. De Philippe Godeau.
Mer. 13 à 16h, ven. 15 à 16h30, sam. 16 à 20h, dim. 17 à 16h30, lun. 18 à 18h30.

Grass
Corée du Sud, 2018, VO, 1h06. De Hong Sang-soo.
Mer. 13 à 18h, sam. 16 à 18h30, lun. 18 à 12h D et à 20h30 D.

Le Procès contre Mandela et les autres
France, 2018, VO, 1h43. De Nicolas Champeaux
et Gilles Porte.
Jeu. 14 à 12h D, ven. 15 à 18h30, sam. 16
à 16h30, lun. 18 à 16h30.

A Touch of Zen
Taïwan, 1971, VO, 2h59. De King Hu.
Ven. 15 à 20h30, dim. 17 à 18h30.
Continuer
France/Belgique, 2018, 1h24. De Joachim Lafosse.
Mer. 20 à 17h.

Glass
États-Unis, 2018, VO/VF, 2h09.
De M. Night Shyamalan.
Mer. 20 à 18h30 (VF).

Agenda

7 février
RENCONTRE la france, pays des droits de l’Homme ?

Valentine Zuber, historienne et directrice d’études à l’école politique des hautes études, viendra échanger avec le public
à l’occasion du 70e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’Homme.
Maison de la citoyenneté, à 12h.

9 février
CONCERT Bachar Mar-Khalifé

L’artiste plonge le spectateur dans une musique mystique pour créer des sonorités électro et traditionnelles mêlant sa voix poignante, son jeu unique au piano et au saz électrique, une sorte de luth hypnotique…
Centre culturel Houdremont, à 20h30.

13 février
SANTé Vaccinations gratuites

Ouvertes aux enfants à partir de 6 ans et aux adultes.
Centre municipal de santé, salle de PMI au 1er étage, de 13h30 à 15h30.

14 février
REPAS Déjeuner musical

Profitez de la pause déjeuner pour partager un moment musical et convivial avec les étudiants du Pôle Sup’93.
Maison de la citoyenneté, à 12h30.

MAIRIE Conseil municipal
Salle des fêtes de l’hôtel de ville, à 19h.

17 février
défilé nouvel an chinois

Place Claire-Lacombe, à 11h.

du 18 au 22 février
DéMOCRATIE Comités de voisinage

– Quatre-Routes/Rateau : Boutique de quartier, le 18/2 à 18h30.
– Quatre-Routes / Anatole-France : Boutique de quartier, le 19/2 à 18h30.
– Quartier Nord : école Rosenberg, le 19/2 à 18h30.
– Centre-ville : Boutique EDF, 27, rue de la Convention, le 21/2à 18h30.
– La Gare : école Charlie-Chaplin, le 21/2 à 18h30.
– 4 000 Sud : Boutique de quartier La Tour, le 22/2 à 18h30.

19 février
MUSIQUE Concert’O déj

Déjeuner musical proposé par les élèves du CRR 93 et du Pôle sup’93.
Centre culturel Houdremont, à 12h15.

20 février
SANTé Vaccinations gratuites

Ouvertes aux enfants à partir de 6 ans et aux adultes.
Centre municipal de santé, salle de PMI au 1er étage, de 13h30 à 15h30.

CONTES Histoires communes
Un spectacle sur les éléments et sur les astres : des mini anges turbulents,
un roi qui veut toucher la lune, un gardien du feu…
Maison pour tous Cesária-évora, à 15h.

21 février
CONCERT Casc’ophonies

Pour ce premier concert de l’année, choristes et élèves comédiens mêleront classiques de la chanson française, chansons de marins et standards des comédies musicales.
Maison de la citoyenneté, à 12h30.

22 février
BALADE Transhumance de brebis

Participez à une transhumance avec les bergers de l’association Clinamen, allant de la bergerie du parc départemental Georges-Valbon à celle de Villetaneuse…
Parc de La Courneuve, à 9h30. Tarif : 10€.

SENIORS Ciné-thé
Projection de Continuer de Joachim Lafosse, magnifique adaptation du roman de Laurent Mauvignier.
Cinéma L’étoile, à 14h.
Tarif : 3€.

Carte blanche l’Abominable
Programme de courts-métrages, en présence des réalisateurs.
Cinéma L’étoile, à 20h. Tarif : 3€.

24 février
CINé Bonjour

Dans le cadre du cycle Enfance, projection du film de Yazujiro Ozu, suivie d’une discussion avec Claudine Le Pallec Marand, docteure en cinéma.
Cinéma L’étoile, à 16h. Tarif : 3€.

27 février
ATELIER Langues du monde

Dans le cadre de la Journée internationale de la langue maternelle, les centres de loisirs proposeront des ateliers autour des comptines, des mots, des chants, de contes…
Maison de la citoyenneté, à 9h30 et à 14h.

Jusqu’au 28 février
EXPO Fête du printemps

à l’occasion du Nouvel An chinois, la Maison de la citoyenneté accueille les œuvres de deux peintres chinois :
Lin Dihuan (peintures à l’encre) et
Liu Bingli (peinture traditionnelle).
Maison de la citoyenneté.

UN CERTAIN REGARD Haut de page

Mise à l’honneur (2/2)
Des bénévoles qui créent du lien

La 14 décembre dernier, au gymnase El-Ouafi, la municipalité a mis à l’honneur, au cours d’une soirée dédiée, des citoyen-ne-s qui s’investissent dans le vivre-ensemble et la solidarité. Regards vous présente quelques-uns de ces lauréat-e-s.

Stéphane Kerjose
Trait d’union avec la Chine

Le président bénévole de l’association Pierre Ducerf, Stéphane Kerjose, est venu à vélo du xixe arrondissement de Paris : « Il y a quelques années, j’ai traversé une partie de la Chine en vélo ! », explique ce cinquantenaire qui est agent d’exploitation à la RATP. Passionné par la Chine, au point d’en apprendre la langue, il y a vécu un an dans les années 90. « Quand je suis rentré, j’ai articulé mon intérêt pour la Chine avec mon envie de faire de la médiation sociale. Je suis arrivé en 2000 dans l’association. »
Une association qui connaît parfaitement la communauté chinoise de la région parisienne : « C’est une immigration économique, qui a souvent un parcours très compliqué. Avec des familles qui se disloquent. Des enfants qui viennent plus tard, qui n’ont pas vu leurs parents depuis quatre ou cinq ans ; ceux-ci travaillent beaucoup et ont peu de temps pour eux. Alors, quand ils les retrouvent, c’est parfois un peu rude. Bon, aujourd’hui, ce type de migration tend quand même à évoluer… »
Dans tous les cas, l’association veut « créer du lien. Comment créer des ponts entre cette communauté chinoise et leur pays d’accueil, la France ? Du lien avec les habitants mais aussi avec les activités qui existent sur la ville via la culture, les institutions… On veut éviter le repli, qui est une tentation quand on ne parle pas bien une langue », précise Stéphane Kerjose.
« On a des permanences généralistes où les gens viennent gratuitement pour tout sujet. Et d’autres plus spécifiques : sur le droit des étrangers, la santé, l’emploi… On essaie de répondre à tous les besoins des populations chinoises. Depuis l’année dernière, on a doublé nos permanences à La Courneuve : à la Croix-Blanche et aux Quatre-Routes. Et on intervient aussi en milieu scolaire. » Et puis « on échange ensemble. On apprend, aussi, avec eux.
À connaître cette communauté, ce qu’ils ressentent… Pour mieux comprendre ce qu’ils peuvent vivre. » Car, conclut Stéphane, « une migration, ce n’est jamais facile ! »

Philippe Caro

Association franco-chinoise Pierre Ducerf, permanences à La Courneuve :

· lundi de 11h à 13h, Boutique de quartier des Quatre-Routes, 14 bis, avenue de Lénine ;
· lundi de 14h à 16h, 12, passage de la Croix-Blanche.

Marianne Schoen
Ange gardien du quotidien

« Je suis infirmière au Service mobile d’urgence et de réanimation pédiatrique de l’hôpital Robert-Debré, où on voit beaucoup d’accidents domestiques, parfois avec des issues dramatiques. Avec des collègues, on a décidé de monter une association pour des actions de prévention et de formation », raconte Marianne Shoen, 33 ans, qui est maman de trois enfants dont le petit dernier est âgé de… 15 jours.
Chose faite en 2015 : l’association KinouproteG, composée uniquement de bénévoles, vise à prévenir les accidents domestiques grâce à des ateliers ludiques adaptés aux enfants ou aux adultes. Marianne, qui est aussi formatrice diplômée et agréée, explique comment « énormément de gens, quel que soit le milieu socio-économique, ignorent totalement
les bons gestes et usages : beaucoup d’accidents sont évitables ! »
KinouproteG intervient sur La Courneuve (« où beaucoup d’acteurs de terrain nous ont aidés à monter l’association ») et sur toute la région parisienne. « Avec le bouche-à-oreille, on est sollicités dans les écoles, les foyers et les centres sociaux en Seine-Saint-Denis. En particulier depuis qu’on est passés dans l’émission Les Maternelles, sur France 5. »
Marianne forme depuis deux ans des professeur-e-s des écoles. L’association propose aussi aux jeunes de les initier aux aides d’urgence. N’hésitez pas à prendre contact avec KinouproteG, pour devenir vous aussi des anges gardiens.

P. C.
KinouproteG. Tél. : 06 66 73 50 48 ou 06 88 02 27 64. Site : http://kinouproteg.fr/