Ecoutez le texte

SORTIR N°18 Le supplément mensuel du journal "Regards"
Du 30 novembre 2017 au 25 janvier 2018

L’enfant de Seine-Saint-Denis Haut de page

Thomas Pitiot a passé sa vie dans le 93 : il vaau collège à Dugny, au lycée Jacques-Brel de La Courneuve, à l’université Paris-VIII à Saint-Denis, il pratique des activités artistiques à Aubervilliers.« C’est un territoire que je connais très bien, souligne-t-il. Qui me plaît. Je m’y suis construit humainement, artistiquement. J’ai encore beaucoup de relations dans ce département. À chaque tournée, je tiens à passer par le 93. » En parallèle de sesétudes de sciences politiques, Thomas s’essaie à différentes disciplines artistiques : piano, guitare, batterie, chant, comédie. Le tout loin des institutions académiques et des conservatoires. Son truc : lemonde associatif. Il touche à l’animation, l’aide aux devoirs, les fêtes de quartier, le militantisme, avec à chaque fois des passerelles vers la musique. En 2007, il crée avec d’autres amoureux de la chanson le festival Aubercail, qui enchaîne les éditions étonnantes. Aubercail est devenu le rendez-vous culturel incontournable du printemps à Aubervilliers.
Ces dernières années, Thomas Pitiot aime jouer hors des sentiers battus. Il se rend dans les prisons, les hôpitaux, les écoles, les maisons de retraite. « J’ai pas mal voyagé dans ma vie, mais c’est ici, en Seine-Saint-Denis, que j’ai fait et que je continue
de faire un beau voyage humain. Ici, on ne fait pas dans l’économie de la solidarité, de l’entraide, du collectif. Et je crois qu’il est bon d’aller trouver les personnes qui vivent dans des endroits retranchés.» Le musicien s’intéresse à tous les publics et notamment aujourd’hui aux enfants. « Toujours pour transmettre, je veux donner aux enfants le goût des mots, de la chanson. » Thomas Pitiot sera sur la scène d’Houdremont le 21 décembre, avec son spectacle jeune public Allez jouer dehors !.


Isabelle Meurisse

Pitiot à Houdremont

Depuis un an, Thomas Pitiot est en tournée avec son spectacle musical Allez jouer dehors !. Destiné au jeune public à partir de 4 ans, il aborde avec rythme, fraîcheur et humour l’amitié, l’amour, le jeu, les relations, la peur. « C’est un plaisir, car les enfants sont sensibles à toutes propositions artistiques. Quoi qu’on leur propose, ils sont enthousiastes et ont une curiosité permanente propre à la petite enfance. Les adultes sont plus rapidement blasés. Ils sont plus habitués aux spectacles.
Pour l’enfant, c’est à chaque fois exceptionnel. » Thomas Pitiot utilise un langage qui parle au jeune public sans tomber dans un vocabulaire trop enfantin. Allez jouer dehors ! conviendra très bien aux petits Courneuviens, mais également à leur famille.

I. M.
21 DÉCEMBRE, À 14H30 ET 19H. À HOUDREMONT.

JEUNE PUBLIC
Hansel et Gretel


Le 22 décembre, à l’auditorium d’Aubervilliers, les élèves du conservatoire à rayonnement régional d’Aubervilliers-La Courneuve vous invitent à entendre leur version du célèbre conte Hansel et Gretel.
Les professeurs de cuivres, accompagnés par des élèves de la classe d’art dramatique, mettront en musique le conte des frères Grimm relatant l’histoire d’un frère et d’une soeur prisonniers dans la maison en pain d’épice d’une méchante sorcière, en pleine forêt.
22 DÉCEMBRE À 19H30 RUE ÉDOUARD-POISSON À AUBERVILLIERS. ENTRÉE GRATUITE SUR RÉSERVATION AU 01 48 11 04 60
OU À RESERVATIONS@CRR93.FR

AUTOUR DE NOUS
Un garçon à New York


Du 7 au 23 décembre, l’Académie Fratellini accueille sous son grand chapiteau
Un garçon à New York, de la Compagnie C/T-Stuart Seide. Ce spectacle tout public présenté en cette fin d’année célèbre le bouillonnement de cette ville qui ne dort jamais : New York, sommet de l’avantgarde artistique, cité des pauvres qui battent le pavé et jouent des coudes pour valoriser leur chance, New York ville musicale, New York ville folle… Au programme, mât chinois, clown, équilibre, cerceau aérien, monocycle, diabolo… Un vrai spectacle de cirque !
7 DÉCEMBRE À 19H30, 10 DÉCEMBRE À 14H, 13 DÉCEMBRE À 14H30, 17 ET 23 DÉCEMBRE À 16H30. DURÉE : 1H. BILLETS EN LIGNE : SUR ACADEMIEFRATELLINI.COM OU AU 01 72 59 40 30 (DU LUNDI AU VENDREDI DE 14H À 18H)

À LIRE
L’anthologie du graffiti


Arrivé en France dans les années 80, le graffiti est une culture à part entière qui ne cesse d’évoluer. Pour éclairer nos lanternes, Thierry Grone a créé Dicograff, un livre qui retrace l’histoire du graffiti depuis ses débuts jusqu’à nos jours. Au menu : 100 artistes originaires de toute la France, répertoriés dans l’ordre alphabétique, des interviews, ainsi qu’un lexique de 170 mots. Ce travail d’archiviste mené sur plusieurs années est un hommage à la culture urbaine et aux nombreux talents dont elle regorge. Vous allez être incollable !
DISCOGRAFF, DE THIERRY GRONE. PAS VU PAS PRIS, 2017. PRIX PUBLIC : 30 €

À VOIR
Victor Victoria


Pour son prochain rendez-vous mensuel « Parlons Ciné », le cinéma L’Étoile vous propose de (re)découvrir le chef-d’oeuvre de Blake
Edwards, Victor Victoria !
17 DÉCEMBRE À 16H AU CINÉMA L’ÉTOILE.

Random fait bouger les murs

Composé d’artistes de multiples horizons, Random use de tous les supports pour mettre en mouvement l’espace public. En cet hiver 2017, le collectif investit la barre Robespierre avec Passage(s) Possible, une expérience atemporelle unique qui donne la parole aux habitants. Pour ces créatifs, la rue est une page blanche où peuvent s’imbriquer de multiples scénarios. « La cité des 4 000 est intéressante par son passé architectural mais aussi
par son devenir. Passage(s) Possible questionne le phénomène de démolition d’un point de vue humain, que ce soit par la poésie, l’histoire ou la fiction », expliquent Zineb Benzekri et David Picard, instigateurs du projet. En proposant une visite interactive, Random encourage les habitants à questionner le devenir des lieux. Zineb affirme : « La démarche va bien au-delà du débat “pour ou contre la démolition ?”. Ce qui importe, c’est l’échange intergénérationnel. » L’aventure est loin d’être terminée. « Tout ici est voué à évoluer puisque chaque visiteur est amené à laisser une trace ! Notre démarche vient en support de la collectivité, on diffuse une parole », déclare David. Random a également entamé un travail avec deux classes de l’école Robespierre autour de la rénovation urbaine. Une affaire à suivre de très près !

CÉLIA HOUDREMONT

https://www.facebook.com/attentionrandom/

REGARDS SUR LA VILLE

“ Vue sur le mail de Fontenay aux 4 000, prise par Élise Veller, étudiante à l’école d’architecture de Paris-La Villette.”
Instagram :@elisevlr
Envoyez-nous une photo, elle sera peut-être publiée dans Regards !
regards@ville-la-courneuve.fr
Via Facebook : La Courneuve – Page officielle de la Ville.
Via Instagram : @villelacourneuve, #lacourneuve

Invitée de mois
Laurène Loctin

Journaliste et actrice, elle propose une adaptation contée en langue des signes de la légende chinoise du Prince Tigre.

Comment vous est venue l’idée de devenir conteuse ?
C’est une envie que j’ai depuis mon enfance.
Petite, on me berçait avec des contes racontés en langue des signes et, à l’école avec mes copines, j’aimais jouer des rôles et inventer des histoires. Maintenant encore, j’aime les histoires, que ce soit en mangas, films, romans, BD ou au théâtre. La fiction, c’est à la fois une échappatoire et un moyen de se réinventer.

Dans l’album du Prince Tigre, les illustrations sont particulièrement expressives. Comment avez vous exploré la résonance avec la langue des signes ?
J’ai reçu l’année dernière l’appel lancé par l’IVT* qui cherchait des conteuses pour raconter le Prince Tigre, et j’ai de suite été enthousiasmée par le projet. C’est Emmanuelle Laborit qui a choisi cette histoire si particulière : la rencontre entre le jeune prince Wen et sa mère adoptive, une tigresse furieuse. Les illustrations sont superbes et la morale est profonde. Pour la transmettre au mieux, j’ai travaillé avec mon
équipe durant une semaine : Emmanuelle et deux autres conteuse et conteur, Émilie et Ludovic. On s’est entraînés à dégager, au travers de notre langue des signes à la structure très iconique, des gestes très proches du conte.


Le public sera constitué d’enfants sourds mais également d’enfants non signants. L’écoute visuelle est-elle évidente pour ces derniers ?
Pour les enfants non signants, le manque de repères auditifs n’est pas forcément évident.
C’est pourquoi nous avons pensé à une pédagogie adaptée au préalable : juste avant le conte, nous proposons une demi-heure de découverte en langue des signes avec des mots simples comme les couleurs, les personnages, le temps et les lieux. Jusque-là, le résultat a été très positif. PROPOS RECUEILLIS PAR CÉLIA HOUDREMONT
* IVT : première compagnie de théâtre sourd.


6 DÉCEMBRE À 15H, À LA MÉDIATHÈQUE JOHN-LENNON, DANS LE CADRE DU FESTIVAL HISTOIRES COMMUNES.

À ne pas manquer

Art
Un bal pour résister

Anne Quentin et Cathy Blisson sont journalistes. Elles ont écrit dans les pages culture de Télérama, du Monde et pour la presse spécialisée du spectacle vivant (Stradda, La Scène). Elles décident de se réunir en 2014 pour composer à deux mains une littérature qui leur est propre, entre journalisme et performance artistique. Deux jours par mois pendant un an, elles ont arpenté les rues de La Courneuve pour savoir ce que les habitants entendent par « résister ». L’idée est partie du Projet grand mère de la compagnie Un loup pour l’homme, accueilli à Houdremont en 2016. Cathy Blisson en était la co-créatrice. Lors de cet épisode, elle a rencontré de nombreuses Courneuviennes. Pour leur projet #Résister, les deux auteures nourrissent « une passion quasi obsessionnelle pour les paroles, échappées, confisquées, bancales, honteuses ou décalées ». Elles proposent un coin bal côté cour, « car résister, c’est rester toujours en mouvement », et un coin où leur travail sera exposé. « Car résister, c’est continuer de créer. »

I. M.
9 DÉCEMBRE À 19H À HOUDREMONT.

Ciné-goûter
Myrtille et la lettre au Père Noël

Prêts pour une après-midi cinéphile et gourmande ? Alors, place à Myrtille et la lettre au Père Noël, un programme de trois courts-métrages d’animation franco-lettons autour de la magie de Noël : Le Renard et la Souris, Crispy et Myrtille et la lettre au Père Noël. L’hiver est là et la neige a envahi les plaines. Myrtille s’apprête à avoir un petit frère. Pour s’assurer de l’attention de ses parents, elle prépare une lettre de circonstance à envoyer au Père Noël, avec l’aide de son ami imaginaire. Au programme : amitiés, surprises, magie… De quoi profiter d’un beau moment de partage qui émerveillera petits et grands.

C. H.
17 DÉCEMBRE, À 15H AU CINÉMA L’ÉTOILE.

EXPOSITION
Du 4 décembre au 26 janvier > Maison de la citoyenneté
Frontières
Cette exposition itinérante conçue par le Musée national de l’histoire
de l’immigration propose de s’interroger sur la notion de frontière.


MUSIQUE
15 décembre > Aubervilliers
Le Destin du Nouveau Siècle
La copie de la partition de l’opéra-ballet Le Destin du Nouveau Siècle d’André Campra a été miraculeusement retrouvée à Saint-Denis. Elle revit sur la scène de L’Embarcadère, mêlant musique, théâtre et danse sur le thème de la guerre et la paix, grâce à l’ensemble La Tempesta.
À 20H, À L’EMBARCADÈRE.


EXPOSITION
Jusqu’au 8 janvier > Paris
Nous et les autres
Avec Nous et les autres – Des préjugés au racisme, le musée de l’Homme donne des clés de compréhension à ses visiteurs et encourage leur réflexion personnelle pour déconstruire les préjugés qui persistent dans les consciences.
MUSÉE DE L’HOMME. PLACE DU TROCADÉRO À PARIS.


THÉÂTRE
Du 16 au 20 janvier > Bobigny
Les Derniers Jours de l’humanité
Cette grande fresque historique raconte l’horreur de la guerre 14-18.
La pièce réunit soixante amateurs et comédiens professionnels.
GRATUIT SUR RÉSERVATION AU 01 41 60 72 72. LES 16, 17, 18 ET 19 JANVIER À 20H30, LE 20 JANVIER À 18H30.


CIRQUE
20 janvier > Houdremont
Optraken

Les cinq acrobates du collectif Galaktik Ensemble défient les lois de la gravité, entre chutes et glissades.
À 19H. À PARTIR DE 8 ANS.