Ecoutez le texte

SORTIR N°21 Le supplément mensuel du journal "Regards"
Du 8 mars au 4 avril 2018

Entrez dans la ronde Haut de page

L’harmonie celtique

L’Orchestre d’harmonie de la ville propose une soirée celtique en mairie. Un moment festif qui, au travers d’une des premières vagues de migration dans le 93 et notre ville, évoque l’importance de la diversité culturelle.

L’Orchestre d’harmonie de La Courneuve (OHLC) vous convie à un moment d’exception : une soirée celtique pour la Saint-Patrick, traditionnelle fête irlandaise. Car, explique le directeur artistique de l’orchestre, Yannick Thépault, « nous voulons parler des Bretons de la Seine-Saint-Denis. De tous ceux qui ont immigré dans le département et à La Courneuve, pour travailler… » Avec ce concert, Yannick Thépault retourne à ses sources. Son père — aujourd’hui retraité en Bretagne— a longtemps été le président de l’Amicale des Bretons de La Courneuve. « Avec lui, j’ai fait toutes les fêtes des Bretons, notamment les pardons qui avaient lieu à Marville. » Musicien accompli, passionné de musique klezmer d’Europe de l’Est et des Balkans, Yannick a appris dans sa jeunesse la bombarde et la cornemuse. « Quand j’étais étudiant, j’ai gagné mon argent les étés en étant sonneur en Bretagne ! » Alors c’est lui qui a adapté les répertoires breton et celte (Alan Stivell notamment) pour
l’Orchestre d’harmonie. En écrivant les arrangements. Et un morceau, Menhir Balkanique, qui mélange les cultures de la Bretagne et des Balkans. Les musiciens de l’orchestre ont aussi enrichi leur panel instrumental, avec la flûte irlandaise notamment. « Développer un tel programme, c’est plus d’un an de travail », explique le directeur artistique. L’OHLC en développera d’autres. Mais celui du
17 mars permettra de raconter un peu de la mémoire de la ville, en termes de migration et de diversité culturelle.

• Philippe Caro

Venez fêter la Saint-Patrick !


Le 17 mars, l’Orchestre d’harmonie de la ville met les petits plats dans les grands. Les Courneuvien.ne.s sont invités à une soirée celtique. Après une dégustation de crêpes, galettes, gâteaux, cidre… sera projeté Le Voyage de Yuna, un film de Mathilde Jounot sur l’épopée d’une jeune Bretonne partie chercher du travail à Paris dans les années 25-30. Une exposition de photos sur les Bretons en île-de-France vous sera également présentée. Le tout avec les explications du président de l’Union des sociétés bretonnes d’île-de-France (USBIF), Gérard Réquigny. Au cœur de la soirée, le concert Légende celtique mélangera la musique de l’OHLC à celle du groupe breton Breiz Hor Bro. Suivi d’un mini-fest-noz, toujours animé par Breiz Hor Bro. Pour finir la soirée en dansant !

• P. C.
17 mars, à partir de 17h. entrée libre

À voir
Mai 68 : l’exposition Images en lutte

 

Large panorama graphique de la diversité des luttes des années 1970, l’exposition Images en lutte donne le coup d’envoi des manifestations culturelles autour des 50 ans de Mai 68, aux Beaux-Arts de Paris, un des hauts lieux de la contestation à l’époque. étudiants, professeurs et artistes y produisent pendant un mois et demi la plupart des affiches de Mai 68. L’exposition, foisonnante, présente également des dizaines de tracts, photos, films, sculptures et peintures. Elle est à voir, justement aux Beaux-Arts, jusqu’au 20 mai.
Du mardi au dimanche de 13h à 19h Palais des Beaux-Arts de Paris, 13, quai Malaquais, 75006 Paris.
Tarifs : 4 et 7,50€

Spectacle
La fanfare des Josettes noires

à l’occasion du 8 mars, découvrez un spectacle 100 % égalité. Tubas, trompettes, batterie ou trombones : la fanfare de filles les Josettes noires débarque à la médiathèque John-Lennon pour un concert festif !
Avec beaucoup d’humour, cette bande de filles déjantées en collants roses réinterprète une flopée de tubes incontournables. De Brigitte Bardot à Michael Jackson, en passant par Britney Spears, Nancy Sinatra ou les Rita Mitsouko, il y a de quoi passer un début de soirée endiablé !

10 mars à 17h, à la médiathèque John-Lennon

À lire
Voyage à Paris


George Sand, Marie Curie, Olympe de Gouges, Miss.Tic… Ces grandes figures politiques, scientifiques ou artistiques ont marqué l’histoire de Paris à travers les siècles.
Charlotte Soulary, auteure de La Guide de voyage, propose le premier guide touristique qui remet les femmes à leur juste place.
Cet ouvrage sur Paris est comme un guide classique : il recense les lieux à visiter et donne aux voyageuses et voyageurs des informations pratiques pour découvrir Paris. Mais il a ceci de différent qu’il le fait autrement, en mettant en valeur, dans chacun de ces lieux, les femmes qui font notre histoire, notre culture et notre patrimoine.

La Guide de voyage : Paris, de Charlotte Soulary.
224 pages.
Prix public : 15 €

Décors en construction


Le Festival des jonglages, qui a lieu du 13 au 15 avril à La Courneuve, se prépare grâce aux bénévoles bricoleurs ! La scénographe Cécile Rolland construit en ce moment avec les habitants les éléments de décors qui seront disposés sur la place de la Fraternité durant les trois jours. Tout en matériaux de récupération, il s’agit de structures-totems en acier qui annonceront les lieux et heures de spectacles, d’ateliers ou d’activités à chaque coin de la place. Sur ces supports, des rubans bleus accueillent des lettres découpées dans du carton à disposer à volonté. D’autres structures, plus basses, indiqueront le bar et l’accueil. « Nous allons construire également des pieds de bois pour poser de grands chapiteaux faits de rubans. Ce sont des octogones de 6 mètres de diamètre et 2 mètres 50 de haut. Il faut du monde pour les monter !, explique Cécile. Ce projet m’intéressait beaucoup car il est participatif. » Les grandes lettres de carton ont été réalisées lors d’ateliers dans les écoles, et les plus petites à l’association Couleurs du monde. Chacun peut donc contribuer à la création de la scénographie du festival. C’est un moyen de voir son travail fini dans l’espace public : « J’ai imaginé une équipe “menuiserie” et une équipe “signalétique” pour continuer à imaginer les lettres et monter les rubans », conclut Cécile.

• Virginie Duchesne

Les mercredis du 7 mars au 4 avril, de 17h à 20h30.Ateliers pour les bénévoles, à Houdremont. Sans compétence ni inscription.

Regards sur la ville

“ Photo prise par Pascal le 4 mars à l’Hôtel de ville, lors du Nouvel An chinois. ”
Instagram@villelacourneuve
Envoyez-nous une photo, elle sera peut-être publiée dans Regards ! regards@ville-la-courneuve.fr
Via Facebook : La Courneuve – Page officielle de la ville.

Invité du mois
Adnane Tragh

Après avoir été sélectionné dans un prestigieux festival de courts métrages à Tanger, c’est au festival SR – Socially Relevant Film Festival New York que Malik et la Tortue a été repéré, mais aussi au BCN Sports Film de Barcelone. Rencontre avec Adnane Tragha, le réalisateur.

Avant de vous lancer dans l’écriture et la réalisation, vous étiez professeur. Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire des films ?
Il y avait un défaut de représentation des classes populaires dans les films. Je voulais simplement parler de nos histoires, de notre quotidien. Avec des amis, j’ai lancé Passe passe le mic, une web-série repérée par Luc Besson. J’ai ensuite créé ma propre société de production avec mon frère et j’ai réalisé 600 euros, mon premier long métrage de manière 100 % indépendante.

Comment est né le projet Malik et la Tortue ?
Le projet vient de Moudou Saadi qui m’a contacté il y a deux ans. Il souhaitait réaliser un court métrage avec des jeunes pour faire de la prévention aux addictions. Nous avons commencé en janvier 2016 en organisant régulièrement des ateliers avec les jeunes. Ils ont quasiment proposé toutes les idées à part la scène de morale finale. Au regard de la motivation des jeunes, j’ai ramené toute mon équipe de tournage pour que le film soit abouti sur la forme. Nous souhaitions porter le projet le plus loin possible.

Comment s’est passé le tournage ?
Le tournage s’est très bien déroulé même si les jeunes étaient impressionnés par le nombre de personnes présentes sur le plateau. Nous avons tourné pendant trois jours dans des conditions assez extrêmes à -3°, mais toujours dans la bonne humeur.

À travers vos films, vous déconstruisez les clichés relatifs à la banlieue. Peut-on dire que vos films sont engagés ?
J’écris pour dire les choses comme je les vois. Je ne cherche pas à donner une meilleure image des cités mais plutôt en transmettre la réalité, trop souvent fantasmée. C’est pourquoi le héros de Malik et la Tortue mange du porc et l’assume ! De manière plus globale, les quartiers sont aussi des lieux de création. Il y a beaucoup de gens qui ont des choses à exprimer. C’est bien de les valoriser !

• Propos recueillis par Célia Houdremont

À ne pas manquer

Médiathèque

Escale à Aimé-Césaire

Le festival Hors Limites est devenu un temps fort de la vie culturelle du département portant un même objectif : mettre en lumière durant quinze jours le travail de promotion de la littérature contemporaine effectué au quotidien, notamment par les médiathèques de Seine-Saint-Denis. Au programme, performances, concerts littéraires, ateliers, rencontres d’auteurs, projections… à La Courneuve, trois événements sont à noter dans les agendas : un atelier le 24 mars à 15h, médiathèque John-Lennon, qui vous initiera à la technique de l’ombro-cinéma (dessiner et découper des formes pour leur permettre de s’animer au simple passage d’un calque transparent). Le 27 mars, à 17h, à la médiathèque Aimé-Césaire, vous êtes invité à une aventure philosophique en famille avec l’auteur Jean-Paul Mongin, qui vous aidera à comprendre la pensée de Denys l’Aréopagite, grâce aux Monty Python ! Et toujours à Aimé-Césaire, le 28 mars à 15h, on vous invite à un atelier de création autour de la mécanique du livre.

• Isabelle Meurisse

Du 16 au 31 mars
Programme complet sur www.hors-limites.fr.

Maison de la citoyenneté

Avant-première

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, profitez d’un moment d’échange et de musique ! Assistez, autour d’un repas, à une rencontre-concert avec le groupe Bantu Continua Uhuru Consciousness, en partenariat avec les chorales du collège Raymond-Poincaré, le Conseil communal des enfants et le Conseil des sages. Originaire de Soweto, ce groupe puise dans les rythmes ancestraux Nguni et Tsonga auxquels il mélange des sonorités occidentales, de hip-hop, de rock et de reggae. Ce groupe se produira également au Centre culturel Houdremont le samedi 7 avril à 20h30, dans le cadre du festival Banlieues bleues.

21 mars, de 12h à 14h30.

Inauguration

9 mars > Place de la Fraternité
Portraits de migrants
L’écrivain Kazem Shahryari inaugure sa camionnette qui sillonnera la ville pour recueillir des paroles de migrants. Pour l’occasion, l’artiste lira un poème en différentes langues.
à 17h.

Cinéma

9 mars > L’étoile
America
Projection en avant-première du nouveau film documentaire de Claude Drexel, en présence du réalisateur.
à 20h30.

Spectacle

14 mars > Médiathèque Aimé-Césaire
Les voyageurs de l’espace

Couette et Bonnet s’amusent quand, d’un coup, le frigo intergalactique tombe du ciel. « Aïe ! Il va falloir de l’aide pour repartir… » Ce spectacle, inscrit dans le cadre de l’égalité femmes-hommes, sera suivi d’un débat.
à 15h. à partir de 6 ans.

Projection et débat

21 mars > Médiathèque Aimé-Césaire
L’égalité c’est en courts
Dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes,
la médiathèque présente quatre courts métrages : 40 minutes de projection suivies de 30 minutes de débat.
à 15h.

Danse

24 mars > Houdremont
Iskio + Afastado em
La compagnie Black Sheep vous convie à deux spectacles le temps d’une soirée. Iskio invente un nouveau langage du mouvement pour nous conter une belle rencontre. Avec Afastado em, la chorégraphe Johanna Faye s’échappe du joli carcan fait aux femmes.
à 15h. à partir de 8 ans.