Ecoutez le texte

SORTIR N°26 Le supplément mensuel du journal "Regards"
Du 2 novembre au 28 novembre 2018
Un lieu où lire

Sortir n°26 Haut de page

Une médiathèque éphémère

La médiathèque John Lennon, en attendant sa réouverture, s’installe provisoirement dans les locaux du centre culturel Jean-Houdremont. John-Lennon a troqué ses 800 mètres carrés de surface pour des locaux dans cet antre de la culture après l’incendie de la médiathèque l’été dernier. Avec l’aide des employé-e-s du centre, l’équipe peaufine les étagères afin d’accueillir en premier lieu un public jeune. Bandes dessinées, mangas, ouvrages documentaires, la sélection jeunesse y est riche. « John-Lennon, c’était devenu un lieu de refuge pour les enfants. Nous avons voulu créer une véritable continuité avec ce qu’on faisait là-bas », déclare Dominique Deschamps, directrice des médiathèques de Plaine Commune. L’équipe de la médiathèque sera présente tous les mercredis et samedis après-midi. Au programme : des documents jeunesse à consulter sur place ou à emprunter, des jeux de société, des ateliers créatifs et numériques. Des expositions en partenariat avec le Centre de promotion du livre de jeunesse (CPLJ-93) seront également organisées.
Ce dispositif évoluera tout au long de l’année. En décembre, aux horaires d’ouverture du centre culturel, un kiosque de prêts et de dépôts permettra aux lectrices et aux lecteurs d’accéder à l’ensemble des ouvrages des médiathèques de Plaine Commune. L’objectif est de maintenir l’offre culturelle et l’accès aux livres et, pourquoi pas, d’inviter les habitantes et les habitants à découvrir le centre culturel Jean-Houdremont. = •

• Natacha Lin

Pour créer sa BD


En ce mercredi 25 octobre, onze enfants usagers de la médiathèque Aimé-
Césaire ont participé à un atelier BD avec Boris Hurtel. Auteur du Temps d’Orta, du Prisonnier des Amazones ou de la série « Dérive urbaine », il vient à La Courneuve pour partager sa passion avec les plus jeunes. à l’ordre du jour, du grand frisson avec un travail sur le thème de la maison hantée ! Les règles sont simples : imaginer la vie d’une personne disparue dans de mystérieuses circonstances, et créer sa propre BD. En partant de lettres, de photographies ou de dessins présentés par Boris, les enfants s’arment de leur plus grande dose d’imagination et se prêtent au jeu. Les voilà qui dessinent, qui découpent avec application, tout en écoutant les conseils du bédéiste. Une après-midi riche en créativité, qui tombe à pic en préambule d’Halloween !

• Célia Houdremont

À écouter

 

Dinos en concert à la Cigale
Il s’est fait connaître par ses punchlines cinglantes, aujourd’hui il revient avec des morceaux épurés, introspectifs. Il est loin l’enfant des 4 000 qui freestylait dans la cour de récré. Aujourd’hui, place au grand jeu ! Après avoir rempli La Boule noire en juin, il investit la Cigale le 3 décembre à 20h00. L’occasion d’introduire en beauté son nouvel album Imany, très attendu par son public.

Les 4Keus au Zénith !
Ils sont originaires de La Courneuve et on ne les présente plus, les 4Keus se produisent en concert au Zénith de Paris le samedi 17 novembre 2018, à 20h. Amis à la scène comme à la vie, Djeffi, Tiakola et Bné honorent leur quartier des 4 000 en musique à travers des sonorités hip-hop bien à eux. Ils se sont imposés sur la toile grâce à leurs clips léchés, qui cumulent des millions de vues, et les voilà prêts à investir la salle de concert parisienne mythique. Venez les écouter et redécouvrir en live leurs plus grands hits « Sprite », « Dans la gova », « O’Kartier », « C’est la Hess », ou encore « Belle vie » !

Autour de nous


Apéro-cirque
Pour une participation de 2 euros, petits et grands profiteront d’un spectacle multiforme qui réunit des apprentis circassiens de l’Académie et des étudiants musiciens du Pôle Sup’ 93. Boissons et mets faits maison seront proposés.
Les 16 et 18 novembre, à 18h et 16h.
Académie Fratellini, 1-9, rue des Cheminots, La Plaine Saint-Denis.
www.academie-fratellini.com

Fans du spectacle !
Vous avez entre 16 et 20 ans
et rêvez de découvrir l’univers de la culture ? Devenez membre du Conseil des jeunes de la MC 93 ! Vous intégrerez une équipe dynamique, sur des missions de communication
et de médiation. Vous vous familiariserez aussi avec l’accueil du public et les outils numériques : autant de compétences à valoriser dans votre cursus. En bonus, vous aurez accès aux spectacles programmés par la MC 93 !
www.mc93.com/saison/conseil-des-jeunes

Légende(s) d’automne(s)

Le Conservatoire aussi fête Halloween ! Pour clore en beauté le mois de novembre, les élèves du CRR 93 réinventent en musique la légende de Jack O’Lantern. « Un soir dans une taverne, Jack, un maréchal-ferrant irlandais (…) bouscula le diable… » Si vous ne connaissez pas encore l’histoire de Stingy Jack, ce vieillard ivrogne et avare condamné à errer au milieu des ténèbres, vous êtes au bon endroit !
Ce personnage emblématique d’Halloween, particulièrement célèbre en Irlande, est à l’origine des fameuses lanternes en forme de citrouille. Embarquez pour un mystérieux voyage à la découverte de cette légende celtique ! L’histoire sera contée en mots et en musique par une récitante, accompagnée par les élèves des classes de violon, contrebasse, flûte traversière et piano.

• Célia Houdremont

Vendredi 30 novembre, à 19h30 au CRR 93, à Aubervilliers.
Entrée gratuite sur réservation au 01 48 11 04 60 ou reservations@crr93.fr

Regards sur la ville

“ Cette architecture vitaminée et audacieuse dynamise la quartier, et la ville. ” Instagram : @nathill

Postez vos images de la ville et taguez-nous sur les réseaux sociaux :
- Instagram : @villelacourneuve
- Facebook : La Courneuve – Page officielle de la ville
- Twitter : La_Courneuve
Votre photo sera peut-être publiée dans Regards !

Invité du mois
Stéphane Hoareau

 

Le groupe de rock Trans Kabar revisitera les rites anciens de l’île de La Réunion le 9 novembre à 20h30, au centre culturel Jean-Houdremont, dans le cadre du festival Villes des musiques du monde. Rencontre avec Stéphane Hoareau, créateur du spectacle.

Quelles ont été vos inspirations lors du processus de création de cette œuvre ?
En créant Trans Kabar, j’ai voulu donner une version électrique des airs traditionnels des servis kabaré. C’est une cérémonie de communion avec les ancêtres à travers la musique, les chants et les danses, festive
mais longtemps opprimée car issue des communautés d’esclaves de La Réunion. Je voulais poursuivre une recherche sur ma culture réunionnaise.

Comment avez-vous travaillé avec le groupe ?
Théo Girard à la contrebasse, qui est un ami de longue date, et Ianik Tallet, à la batterie, sont tous deux métropolitains. Ils ont découvert l’univers du maloya, genre musical majeur
La Réunion. Ils ont apporté leur pleine personnalité musicale à ce projet. Nous avons travaillé sur un son assez rock. Le tout colle à la voix et au kayamb (instrument de musique qui permet de jouer le maloya) de Jean-Didier Hoareau pour se laisser porter par les mélodies de ce blues insulaire.

Racontez-nous votre tournée…
Nous avons eu la chance de pouvoir faire notre premier concert au festival Africolor en décembre 2017 puis le collectif Place des fêtes nous a invités à donner un concert solidaire dans un centre d’hébergement d’urgence à Paris. La réaction du public nous a enchantés. Nous étions comblés, car ce que nous voulions, c’est partager un moment de vie ensemble. Depuis nous avons fait une trentaine de concerts, nous sommes partis au Pérou, et nous avons enregistré un disque qui sortira en 2019.

Pourquoi cet hommage est important pour vous ?
Par ces temps où beaucoup cherchent l’entre-soi, caché derrière un drapeau, j’ai simplement envie de dire que c’est chouette d’être ensemble, de vivre ensemble et que finalement l’humanité l’emporte.

• Propos recueillis par Natacha Lin

À ne pas manquer

Festival
La Grande Guerre sur grand écran

Le cinéma L’étoile propose un cycle sur grand écran du 9 au 11 novembre. Le vendredi soir, Les Gardiennes, réalisé par Xavier Beauvois et sorti en 2017, raconte l’histoire des femmes au travail dans les champs tandis que les hommes sont partis au front. Quatre-vingt ans en arrière, le film de Jean Renoir, La Grande Illusion, sorti en 1937, parle des prisonniers français, avec Jean Gabin dans le rôle principal. Quelques mois avant la Seconde Guerre mondiale, ce chef-d’œuvre décrit l’antisémitisme ambiant de l’époque. Le réalisateur américain Stanley Kubrick nous entraîne, lui, dans les tranchées avec Les Sentiers de la gloire, qui porte des réflexions sur le droit et l’arbitraire. Puis, en 1989, dans La Vie et rien d’autre, Bertrand Tavernier saisit l’immédiat après-guerre. Il dépeint en parallèle l’histoire d’une femme, jouée par Sabine Azéma, à la recherche de son mari mort et celle du commandant Dellaplane, campé par Philippe Noiret, chargé de recenser les soldats disparus. Enfin, pour les plus jeunes à partir de 9 ans, le film d’animation français Adama commence dans un pays d’Afrique de l’Ouest. Le petit garçon court après son grand frère parti s’engager dans la guerre.

• Virginie Duchesne

Les Gardiennes, 9 novembre, à 20h, suivi d’un débat et d’un buffet.
Les Sentiers de la gloire, 9 novembre, à 18h30, et 10 novembre, à 20h.
La vie et rien d’autre, 11 novembre, à 16h.
La Grande illusion, 11 novembre, à 18h.
Adama, 7 novembre, à 14h, 8 novembre, à 14h, dimanche 11, à 14h. à partir de 9 ans.

Documentaire
La Grande Guerre sur papier

Les images de la Première Guerre mondiale, voilà le sujet de ce documentaire de Vincent Marie, Là où poussent les coquelicots – Fragments d’une guerre dessinée, réalisé en 2016. Le film s’interroge sur la manière de la représenter, de dessiner ses horreurs, ses soldats et ses heures les plus sombres. Un auteur explique que le dessin « nous autorise à montrer le plus terrifiant ». « Voir la Grande Guerre, ne plus se contenter de la raconter, mais la montrer et l’incarner : voilà ce que propose aujourd’hui la bande dessinée. » Le film oscille entre vidéo, photos d’archives et les traits dessinés de divers auteurs qui ont fait de ce conflit leur matière première pour raconter, esquisser une guerre qui date aujourd’hui de cent ans.

• V. D.

Là où poussent les coquelicots – Fragments d’une guerre dessinée, 29 novembre, à 18h00, projection et rencontre avec le producteur Laurent Segal. Entrée libre, auditorium de la médiathèque Aimé-Césaire.

Projection
Jeudi 8 novembre > Maison de la citoyenneté

Le Champ des possibles
Le conseil des Sages, dans le cadre du festival Alimenterre et de la célébration des 70 ans de la Déclaration universelle des droits
de l’homme, vous invite à la projection du Champ des possibles,
de Marie-France Barrier. Après le visionnage de ce film tourné à
La Courneuve, la discussion sera ouverte sur les pratiques agricoles et alimentaires et le rapport à notre environnement.
À 14h30.

Danse
Mercredi 14 novembre > Maison pour tous
Youri-Gagarine

Instantanés dansés
Après avoir remporté le concours chorégraphique de Place en mouvement, le collectif La Pieuvre investit l’espace public comme terrain de jeu. La frontière entre la scène et le public s’estompe, idéal pour une immersion totale dans leur univers.
À 16h. Entrée gratuite.

Inauguration
Samedi 24 novembre > Devant Robespierre
Random

Le collectif Random est de retour à La Courneuve pour l’automne ! Au programme : démarrage du projet à l’école Robespierre et « rituel d’au-revoir 2 » le samedi 24 novembre. Un moment festif et convivial et une invitation à découvrir le portrait poétique de certains habitants.
De 15h30 à 19h30.

Cirque
Samedi 17 novembre > Houdremont
Ring

Esquive, défense, feinte et garde : la contre-attaque de la compagnie Kiaï peut commencer. Roue cyr, roue allemande augmentée et trampolines mobiles offrent aux quatre acrobates un terrain de jeu sans limite. La tension est à son comble, les silhouettes virevoltent sous les yeux captivés du public.
À 19h.